Les 10 ans du décret sur l’utilisation des défibrillateurs par le public et du projet DÉFIDÉO

 

Logo Journal Officiel

L’arrêt cardiaque

L’arrêt cardiaque est lié dans 80% des cas à une anomalie rythmique appelée fibrillation ventriculaire qui peut être traitée par un choc électrique délivré par un appareil, le défibrillateur.

En France, chaque année, plus de 50 000 personnes sont victimes d’un arrêt cardiaque. La très grande majorité va malheureusement décéder. Chaque minute qui passe, c’est 10% de survie en moins. Or le délai moyen d’intervention des secours, bien organisés autour des SAMU, est de 12 minutes.

Pour améliorer la prise en charge, il faut que les témoins puissent agir immédiatement en appelant les secours (centre 15), en pratiquant un massage cardiaque et en utilisant un défibrillateur rapidement accessible et ce 24 heures sur 24. Jusque en 2007, l’utilisation de ces appareils était réservée aux professionnels de l’urgence, aux sapeurs pompiers et aux secouristes.

 

Le décret du 4 mai 2007

Publié le 5 mai au Journal Officiel, il a constitué une véritable révolution dans la prise en charge des arrêts cardiaques en permettant l’utilisation des défibrillateurs automatiques externes (DAE) ou semi automatiques (DSA) par « toute personne, même non médecin ».

Il autorisait ainsi la mise à disposition du public des DAE ou DSA.

Ces mesures associées à une information et une formation du public ont ouvert la voie à une meilleure prise en charge des arrêts cardiaques.

Photo du panneau explicatif

Panneau explicatif apposé à côté des défibrillateurs dans cadre du projet DÉFIDÉO fait référence au décret de 2007

Voici les éléments principaux de ce décret :

« Art. R. 6311-14. – Les défibrillateurs automatisés externes, […] sont un dispositif médical dont la mise sur le marché est autorisée suivant les dispositions du titre Ier du livre II de la partie V du présent code et permettant d’effectuer :
1° L’analyse automatique de l’activité électrique du myocarde d’une personne victime d’un arrêt circulatoire afin de déceler une fibrillation ventriculaire ou certaines tachycardies ventriculaires ;
2° Le chargement automatique de l’appareil lorsque l’analyse mentionnée ci-dessus est positive et la délivrance de chocs électriques externes transthoraciques, d’intensité appropriée, dans le but de parvenir à restaurer une activité circulatoire. Chaque choc est déclenché soit par l’opérateur en cas d’utilisation du défibrillateur semi-automatique, soit automatiquement en cas d’utilisation du défibrillateur entièrement automatique ; […]
« Art. R. 6311-15. – Toute personne, même non médecin, est habilitée à utiliser un défibrillateur automatisé externe […]. »

 

Le Projet DÉFIDÉO

Il a été initié à la suite de ce décret par le Club Cœur et Santé de Saint-Dié qui s’est lancé à la recherche d’un porteur du projet. Contactée en juin 2007, la Ville de Saint-Dié oriente le Club vers le Pays de la Déodatie. Après l’accord de principe de Claude Jacquot, président du Pays, le Club organise une première réunion des élus le 3 décembre 2017 et le partenariat est officialisé début 2008. Il a été poursuivi par les différents présidents du Pays, Etienne Pourcher, David Valence et Guy Drocchi.

Photo de la formation

Formation dans les locaux du Pays de la Déodatie, mai 2008

La mise en oeuvre pratique du projet s’est faite grâce au partenariat entre le Pays de la Déodatie, la Fédération Française de Cardiologie, le Centre Hospitalier de Saint-Dié (en particulier le Dr Anne Claudon, médecin urgentiste, et Nathalie Vinot, ingénieur biomédical), les Sapeurs-pompiers, la Croix Rouge et la Protection Civile.

Depuis, 73 défibrillateurs accessibles au public 24 h/24 ont été installés avec une première tranche en 2010 (certaines communes en ayant plusieurs). Quelques DAE ont été installés en dehors de DÉFIDÉO.

Cette année, 8 nouveaux vont l’être sur 8 communes : Entre Deux Eaux (2ème DAE), Fraize (4ème DAE), Laveline Devant Bruyères, Lubine, Nompatelize (2ème DAE), Pair et Grandrupt, Sainte Marguerite (2ème DAE) et Wisembach (2ème DAE). La remise officielle des appareils aura lieu le jeudi 11 mai à 19 h à la salle Carbonnar. A la suite de cette quatrième tranche, un total  de 81 DAE sera installé sur 64 communes du territoire. Mais il reste encore à améliorer le dispositif avec au moins un appareil dans chaque commune et plusieurs dans les plus importantes ou à l’habitat dispersé.

Photo d'un défibrillateur

Ces implantations ont été rendues possibles grâce au mécénat de la Fondation CNP Assurances qui a apporté près de la moitié des financements. Les autres mécènes ont été l’Association Familiale de Saint-Dié, le Rotary de Saint-Dié, le Club Soroptimist de Saint-Dié et GRDF.

 

La formation du public

La Fédération Française de Cardiologie a mis en place en 1993 des campagnes sur l’arrêt cardiaque relayées localement par le Club qui a mis en place depuis 25 ans des journées de formation à l’intention des scolaires avec près de 20 000 élèves formés depuis.

Dès 2008, dans le cadre de DÉFIDÉO, des formations des habitants ont été organisées dans les communes en partenariat avec la Croix Rouge, les Sapeurs-pompiers, la Protection Civile et la Fédération Française de Sauvetage et Secourisme.

Photo des participants

La dernière formation à Bois de Champ : jeunes et moins jeunes, près d’un tiers du village était présent.

À propos de l'auteur Voir tous les billets Site Web de l'auteur

Club Cœur et Santé de Saint-Dié

6 commentairesLaisser un commentaire