14 nouveaux défibrillateurs vont être installés dans le cadre du projet Défidéo.

Photo de Nathalie Vinot

Présentation du « kit Défidéo » par Nathalie Vinot, ingénieur biomédical au Centre Hospitalier de Saint-Dié, lors de la remise des DAE en 2017

14 nouveaux Défibrillateurs Automatiques Externes (DAE) vont être installés dans le cadre du projet Défidéo. Cela porte à 112 le nombre de DAE installés sur 75 communes (*), certaines communes étant équipées de plusieurs appareils (108 sur 71 communes du  Pays de la Déodatie et 7 DAE sur 4 communes qui font partie du territoire du Pays de Remiremont depuis 2016.

Lancé en 2007 par le Club Cœur et Santé de Saint-Dié à la suite du décret du 4 mai 2007 autorisant chacun à utiliser un DAE, Défidéo est porté depuis 2008 par le Pays de la Déodatie.

Il s’agit de la 7ème opération d’installation depuis celle de 2010. Elle a été à nouveau financée en partie par la Fondation Caisse Nationale de Prévoyance à hauteur de 500€ suite à l’appel à projets mis en ligne en octobre 2020 et qui était réservé aux communes de moins de 10 000 habitants. La Fondation CNP est un partenaire fidèle de Défidéo depuis 2010.

Les 14 nouveaux DAE seront installés sur 12 communes (dont 7 nouvelles) du territoire du Pays de la Déodatie :

  • un DAE à Belval, Deycimont, Grandvillers, La Croix-aux-Mines, La Neuveville-devant-Lépanges, Ménil-de-Senones, Nayemont-les-Fosses, Plainfaing, Provenchères-et-Colroy
  • et 2 DAE à Corcieux et Raon-l’Étape.

Le soutien de la Fondation Caisse Nationale de Prévoyance représente cette année 25% du coût d’un kit Défidéo (composé du DAE avec son boitier chauffant et de panneaux signalétiques).

Photo du panneau explicatif

Panneau explicatif fixé à côté des défibrillateurs dans cadre du projet Défidéo

Une des particularités de Défidéo est le suivi organisé par le Pays de la Déodatie (maintenance, batteries et électrodes). Par ailleurs, le changement des électrodes après une utilisation pour un arrêt cardiaque est assuré par le Centre Hospitalier de Saint-Dié, soit par l’intermédiaire du SMUR à l’occasion de son intervention auprès de la victime, soit directement si la victime a été prise en charge par un autre service de secours médicalisé. Ce dispositif permet d’assurer le fonctionnement optimal de l’ensemble des appareils installés. Le surveillance régulière des DAE est assurée par les communes selon un protocole du service biomédical du centre hospitalier, mis en place bien avant les préconisation nationales de ces dernières années.

Il reste aussi à convaincre la totalité des communes de la nécessité d’installer des DAE, accessibles au public 24 h sur 24.

Dans cet objectif, une 8ème tranche est prévue en 2021.

Formation à Celles sur Plaine le 9 avril 2016

A côté de l’installation des appareils, les commues doivent mettre en place des formations à la prise en charge de l’arrêt cardiaque pour leur population, avec des sessions à renouveler régulièrement. Afin de favoriser l’information des habitants des communes, le club Cœur et Santé de Saint-Dié a fourni un millier de dépliants sur l’arrêt cardiaque édités par la Fédération Française de Cardiologie.

Il convient de rappeler que l’initiation aux gestes qui sauvent est une des missions sociales de la Fédération Française de Cardiologie et c’est une de ses actions prioritaires pour 2021. https://www.fedecardio.org/Les-gestes-qui-sauvent/Tout-savoir-sur-les-gestes-qui-sauvent/appelez-le-15-massez-defibrillez

(*) : 3 autres DAE ont également été installés dans trois de ces communes en marge du Projet Défidéo.

Pour 2021, la FFC propose les Parcours du Cœur connectés.

Pour 2021, compte-tenu du contexte sanitaire, la FFC propos son Parcours du Cœur sous forme connectée.

La Fédération Française de Cardiologie a annulé en janvier l’organisation habituelle des Parcours du Cœur pour l’année 2021.

Le logo des Parcours du Cœur connectés

Voici les explications données dans la lettre mensuelle de la FFC, « A cœur battant« .

Jusqu’où êtes-vous prêts à aller pour prendre soin de votre cœur? ​

Les Parcours du cœur Grand Public, grand rassemblement printanier, ne pourront pas avoir lieu sous leur format habituel cette année en raison du contexte sanitaire. Notre fédération vous lance donc un défi : celui de parcourir le plus de kilomètres tous ensemble, chacun à votre rythme.

Des Parcours du Cœur connectés ? 

Les Parcours du Cœur ont pour objectif de reconnecter chaque femme et homme avec une activité physique régulière et de l’associer à la notion de plaisir. Bouger plus, c’est mettre toutes les chances de votre côté pour améliorer votre qualité de vie et diminuer les risques cardiovasculaires (stress, hypertension artérielle, obésité…). Cette année, malgré le contexte, la Fédération Française de Cardiologie incite les Français à bouger à travers des Parcours du Cœur connectés. Marcher, courir, faire du vélo (en intérieur comme en extérieur) sans esprit de compétition : notre challenge est de cumuler individuellement et chacun à son rythme un maximum de kilomètres qui viendront s’ajouter au compteur global, afin d’aller tous ensemble le plus loin possible !

Concrètement, comment participer ? 

Le 5 mars, vous pourrez découvrir un site internet dédié qui vous permettra de vous inscrire à l’opération (avec une participation symbolique de 2€ dont 1,50€ seront reversés à la FFC).

Vous pourrez alors indiquer le nombre de kilomètres parcourus (manuellement ou grâce votre montre connectée ou une application sur votre smartphone).

Vous pouvez dès à présent en parler à votre entourage et inciter le plus de monde à marcher, courir ou faire du vélo pour les bienfaits de votre cœur et au profit de la lutte contre les maladies cardiovasculaires ! Mobilisons-nous et relevons ensemble ce défi pour faire battre nos cœurs !

En pratique : 

  • Lancement du site permettant de vous inscrire : le 5 mars
  • Départ du challenge : le 13 mars à 6h
  • Fin du challenge : le 30 avril 2021 à 18h
  • Où ? Partout en France, dans le monde, autant de sorties que vous le souhaitez
  • Comment ? Marche, course à pied ou vélo en extérieur comme en intérieur

A vos baskets !

Actualités sur la vaccination anti-covid (article mis à jour le 12 février)

Un flacon de 6 dose de vaccins Comirnaty

La vaccination a débuté à Saint-Dié le vendredi 8 janvier avec le vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNtec, d’abord à l’hôpital pour les professionnels de santé, puis dans un EHPAD le lendemain et à la salle Carbonnar le 12. Après l’injection de la seconde dose aux professionnels de santé, le site de Saint-Charles a fermé ses portes le vendredi 4 février.

La vaccination contre le Covid a débuté en Déodatie.

Depuis la publication de ce premier article la maladie a continué sa triste « besogne ». A la date du 7 février, depuis le début de la pandémie, 3 337 048 personnes ont été contaminées et 78 965 sont décédées.

Concernant la vaccination en Déodatie, à ce jour plus de 2 000 personnes ont reçu leur première injection (voire les deux pour les professionnels de santé), sans compter les personnes hébergées dans les EHPAD.

Outre les professionnels de plus de 50 ans, sont concernées actuellement les personnes de plus de 75 ans qui sont les plus susceptibles de faire une forme grave, nécessitant une hospitalisation, voire de décéder de la maladie.

Cette tranche d’âge représente 60 % des hospitalisations et 25 % des séjours en réanimation. Pour les 65-74 ans, les chiffres sont de 21 et 39 % et, pour les 45-64 ans, ils sont de 15 et 30 % (voir tableau ci dessous).

Pourcentage d’hospitalisation et de séjour en réanimation pour Covid selon l’âge

Quant au taux de mortalité, il augmente également avec l’âge, favorisé par les comorbidités :

  • 14,8 % entre 80 et 90 ans,
  • 8 % entre 70 et 80 ans,
  • 3;6 % entre 60 et 70 ans.

Sont également prioritaires les patients plus jeunes, mais présentant un haut risque de formes graves en cas de contamination par le SARS-Cov 2. Il s’agit de ceux :

  • atteints de cancers et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie ;
  • atteints de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés ;
  • transplantés d’organes solides ;
  • transplantés par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques ;
  • atteints de poly-pathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organes ;
  • atteints de certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d’infection ;
  • atteints de trisomie 21.

Les 65-74 ans devraient pouvoir être vaccinées à partir de fin février début mars. Pour les autres personnes, cela est prévu au printemps en commençant par :

  • les personnes âgées de 50 à 64 ans,
  • les professionnels des secteurs essentiels au fonctionnement du pays en période épidémique (sécurité, éducation, alimentaire),
  • les personnes vulnérables et précaires et les professionnels qui les prennent en charge,
  • les personnes vivant dans des hébergements confinés ou des lieux clos,
  • le reste de la population majeure.

Pour s’inscrire voir dans l’article précédent.

Les deux premiers vaccins actuellement utilisés en France sont à ARN messager : Comirnaty et Moderna, une technologie mise au point il y a une vingtaine d’années.

Pour les moins de 65 ans, un 3ème vaccin a été validé en France : celui d’Astra-Zéneca et de l’Université d’Oxford. C’est un vaccin avec un adénovirus modifié qui se conserve dans un réfrigérateur (2-8°C) jusqu’à 48 h après ouverture du flacon (10 doses) et non pas à moins 20°C ou moins 70°C comme le Moderna et le Comirnaty. Ceci va permettre une utilisation plus facile : vaccination comme pour celui de la grippe par un professionnel de santé (pharmacien, médecin, infirmière ou infirmier).

Dans un premier temps, ce vaccin est destiné aux professionnels de santé, pompiers, aides à domicile âgés de 65 ans et moins. » Et le ministre de la santé a montré l’exemple.

Voici une vidéo explicative sur les vaccins à ARN messager :

Et une BD transmise par Michel Pierrot, un de nos adhérents (auteur inconnu malgré nos recherches). BD sur le vaccin contre le covid

Pour gagner du temps à la salle Carbonnar, vous pouvez remplir à votre domicile le questionnaire médical sur l’éligibilité à la vaccination : QUESTIONNAIRE MEDICAL SIMPLIFIE AVANT VACCINATION COVID 19

Il s’agit de votre deuxième dose, le questionnaire est le suivant : QUESTIONNAIRE MEDICAL AVANT VACCINATION COVID 19 -Deuxième injection-24-1-2021

Informations complémentaires sur le site de l’Assurance maladie (page mise à jour le 10 février) : https://www.ameli.fr/medecin/actualites/vaccination-contre-la-covid-19-le-point-sur-la-strategie-et-les-vaccins

La vaccination contre le Covid a débuté en Déodatie.

La vaccination contre le SARS-Cov-19 a débuté le 8 janvier à l’hôpital St-Charles pour le personnel soignant (photo : Tony Jacquot, L’Echo des Vosges)

La deuxième vague de la maladie n’en finit pas de toucher et de tuer de plus en plus de personnes.

Les données épidémiologiques

Les données épidémiologiques actuelles à la date du 18 janvier sont les suivants :

  • au niveau mondial, depuis le 31/12/19 : 96 218 601 cas confirmés avec 2 058 534 décès.
  • en France : 2  938 333 personnes ont été contaminées et 71 342 sont décédés soit plus d’un décès pour 1000 habitants. Il y a plus de 25 000 personnes actuellement hospitalisées.

Face à cette situation, le contrôle de la pandémie repose sur la vaccination, les mesures barrières ayant leurs limites et en l’absence de traitement ayant fait ses preuves (voir article précèdent)

Le point sur les traitements de la Covid 19

Deux vaccins sont actuellement autorisés en France :

  • celui de Pfizer, le Comirnaty autorisé le 24 décembre,
  • celui de Moderna autorisé le 8 janvier.

Où en est-on dans la vaccination à Saint-Dié?

  • Le vaccin administré actuellement est le Comirnaty de Pfizer mis au point par des chercheurs allemands et qui utilise la technologie de l’ARN messager qui existe depuis 20 ans.
  • Il est efficace à 95 % contre la maladie et ses formes graves.
  • Les premières vaccinations ont eu lieu le 8 janvier au centre hospitalier pour les personnels hospitaliers de plus de 50 ans ou à risque.
  • Le lendemain, ce sont des personnes de l’Âge d’Or qui ont été vaccinées.
  • Les personnels de santé libéraux, le sapeurs-pompiers et les auxiliaires de vie l’ont été dans les jours suivants à l’hôpital ou à la salle Carbonnar.
  • La vaccination des personnes de plus de 75 ans ou à très haut risque a débuté le 18 janvier à la salle Carbonnar, du lundi au vendredi de 8h 30 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 17 h 30.
  • Il faut faire deux injections à 3-6 semaines d’intervalle.

Quelles sont les contre-indications ?

  • Des antécédents de manifestations graves d’allergie de type anaphylactique.
  • Un épisode infectieux en cours avec température supérieure à 38,5 °C (report de la vaccination).
  • Une infection par la COVID-19 avec des symptômes et datant de moins de 3 mois, mais on ne tient pas compte d’une sérologie positive au Covid sans symptôme.
  • Une vaccination antigrippale de moins de 3 semaines et un autre vaccin de moins de 2 semaines. Il ne faut pas faire d’autre vaccin entre les deux injections, ni dans les 15 jours qui suivent la deuxième dose.
  • Personnes immunodéprimées : peuvent être vaccinées car à haut risque, mais la vaccination peut être moins efficace.
  • Grossesse et l’allaitement : la vaccination n’est pas conseillée.
  • Précautions : comme pour les autres injections intramusculaires, le vaccin doit être administré avec prudence aux personnes qui suivent un traitement anticoagulant ou qui souffrent d’un manque de plaquettes thrombocytopénie ou d’un trouble de la coagulation (utilisation d’une aiguille de petit calibre et compression pendant 2 minutes).

Prendre rendez-vous

  • A Saint-Dié :
  • Ailleurs,
    • vous pouvez localiser votre centre de vaccination et prendre rendez-vous sur le site santé.fr : https://www.sante.fr/centres-vaccination-covid.html
    • pour les personnes n’ayant pas accès à internet et qui souhaitent prendre rendez-vous pour se faire vacciner, il y a un numéro vert : 0 800 009 110.

Au moment où nous mettons en ligne, en raison d’un retard de livraison du vaccin, la prise de rendez-vous est interrompue à la fois sur Internet et par téléphone.

La vaccination est gratuite.

Vous devez vous munir d’une pièce d’identité, de votre carte Vitale et de votre dernière ordonnance.

A votre arrivée, vous aurez à remplir un questionnaire permettant de vérifier que vous ne présentez pas de contre-indication à la vaccination. Vous pouvez aussi le remplir à la maison (voir document ci-après). QUESTIONNAIRE MEDICAL SIMPLIFIE AVANT VACCINATION COVID 19

Vous recevrez un certificat de vaccination et un rendez pour l’injection de la deuxième dose.

En cas de difficultés pour vous déplacer : transport gratuit possible. Le demander lors de la prise de rendez-vous au 03 29 42 16 75.

Click to access the login or register cheese