Dimanche 7 avril 2019 : Parcours du Cœur au départ de La Bolle

Affiche des Parcours du Cœur avec une chaussure de sport dont les lacets dessinent un cœur

Le Club Cœur et Santé organisera le dimanche 7 avril son édition 2019 du Parcours du Cœur au départ de la Maison de Quartier de La Bolle, située 18 chemin de Grandrupt.

La journée sera patronnée par le champion de VTT Rémi Thirion.

Photo de Rémi Thirion

L’édition 2019 est parrainée par le champion de VTT Rémi Thirion

Cette année, deux types d’activités seront proposés : la marche et le vélo (VTT et vélo sur route).

Il y aura deux circuits de marche avec départ libre :

  • un petit circuit (7 km) avec départ entre 8 h et 15 h,
  • un grand circuit (11,5 km) avec départ entre 8 h et 13 h

Plan des deux circuits de marche et du circuit de VTT

Pour les cyclistes, deux circuits seront proposé avec des départs groupés :

  • à 9 heures 30 : circuit VTT d’une quinzaine de kilomètres dans le massif du Kemberg en compagnie du champion de VTT Rémi Thirion, réservé aux VTTites confirmés,
  • à 10 heures 30 : circuit sur route de 18 kilomètres en direction de Taintrux, sans difficulté, ouverte à tout type de vélo, compris ceux à assistance électrique.

Rappelons que toutes ces activités se font sans aucun esprit de compétition.

Carte du circuit vélo

Au départ chacun peut faire contrôler

  • sa glycémie par un médecin ou une infirmière du service de diabétologie de l’hôpital,
  • et sa tension artérielle par un médecin ou une infirmière du Club Cœur et Santé.

Les participants trouveront aussi des informations sur les maladies cardiovasculaires et leur prévention. Les brochures de la Fédération Française de Cardiologie seront disponibles gratuitement, en particulier « Les As du cœur » pour prendre soin de son cœur en famille au quotidien et les cartes de poche « Arrêt cardiaque ».

Il y aura également des démonstrations sur les gestes qui sauvent et sur l’utilisation du défibrillateur.

Enfin, sera présentée l’exposition réalisée en 2018 à l’occasion des 40 ans du Club Cœur et Santé.

Marcheurs lors des conrôles de leu glycémie et de leur tension artérielle

Contrôle de la glycémie et de la tension artérielle lors du Parcours du Cœur 2018

Participation : 2 € au profit de la Fédération Française de Cardiologie.

Au départ, chaque participant recevra gratuitement un gobelet en plastique « Ecocup » offert par la Fédération Française de Cardiologie.

Plusieurs postes de contrôle seront situés sur les parcours où les participants trouveront de l’eau, mais il est recommandé à chacun de prendre une bouteille d’eau afin de s’hydrater régulièrement durant la marche ou la pratique du vélo.

Le tabagisme dans la Région Grand Est : données globales

La cigarette, ça brise le cœur : un message de Santé Canada avec un cœur victime d'un infarctus

La cigarette, ça brise le cœur ! Un message de Santé Canada

Les dernières données du tabagisme des 18 à 75 ans, datant de 2017, ont publiées le 29 janvier 2019 dans le Bulletin de Santé Public Grand Est (BSP). Elles montrent que la population de notre région figure parmi celles où l’on fume le plus.

On trouve aussi dans le BSP des informations sur les jeunes de 17 ans et les femmes enceintes ainsi que des statistiques sur les principales maladies liées au tabac : cancer du poumon, bronchite chronique et maladies cardiovasculaires.

Dans ce premier article nous présentons les données globales sur le tabagisme.

La région Grand est l’une de celles ont l’on fume le plus

En 2017, notre région comptait 1,2 millions de fumeurs quotidiens âgés de 18 à 75 ans (soit 30,1 % de fumeurs quotidiens). C’est un peu moins qu’en Provence-Alpes-Côte d’Azur (32,2 %), Hauts-de-France (30,5 %) et Occitanie (30,3 %), mais nettement plus qu’en Île de France (21,3%).

Carte du tabagisme en France selon les régions

Carte du tabagisme en France selon les régions

Près des trois-quarts (74,7 %) des fumeurs quotidiens du Grand Est consomment plus de 10 cigarettes/jour), contre les deux-tiers au niveau national (66,8 %).

Conséquence de ces habitudes, le Grand Est présente une incidence et une mortalité élevées pour le cancer du poumon, la broncho-pneumopathie chronique obstructive et les cardiopathies ischémiques) avec de fortes disparités entre les départements ; la Moselle, la Meurthe-et-Moselle et les Ardennes présentant les situations les plus préoccupantes.

Evolution entre 2000 et 2017

Les variations ne sont pas les mêmes chez les hommes et chez les femmes. Pour ces dernières, après une baisse nette en 2016 (6,5 % de fumeuses en moins) on constate une hausse de 5,2 % en 2017 avec le même pourcentage de fumeuses qu’en 2000. Chez les hommes. les tendances sont inverses ces dernières années, mais on constat une baisse des fumeurs depuis 2000.

Le tabagisme des jeunes de 17 ans dans le Grand Est : des données encourageantes à première vue

En 2017, on comptait 25,1 % de fumeurs chez les jeunes Français de 17 ans avec des taux variant de 18,9 % en île-de-France à 31,0 % en Bretagne. Le chiffre pour le Grand Est est de 23,5 %.

Pourcentage de fumeurs quotidiens à 17 ans : carte des régions

Pourcentage de fumeurs quotidiens à 17 ans

Mais les jeunes de 17 ans du Grand Est sont de « gros » fumeurs

Chez les jeunes de 17 ans, l’usage intensif du tabac (au moins 10 cigarettes par jour durant les 30 derniers jours) variait de 3,3 % à 11,0 % selon les régions (figure 4) et la moyenne nationale était de 5,2 %. La prévalence la plus faible était enregistrée en Île-de-France (3,3 %). A l’inverse, les régions Corse (11,0 %), Normandie (7,5 %), Hauts-de-France (6,7 %), Bourgogne-Franche-Comté (6,4 %) et Grand Est (6,3 %) se distinguaient par une prévalence statistiquement plus élevée par
rapport aux autres régions. La prévalence de l’usage intensif du tabac à 17 ans était significativement plus faible aux Antilles et en Guyane, tandis que La Réunion (5,0 %) affichait une prévalence similaire à celle de la France métropolitaine.

carte des régions avec le pourcentage de gros fumeurs quotidiens à 17 ans

Pourcentage de gros fumeurs quotidiens à 17 ans

La quantité de tabac fumé est plus importante dans le notre région

En 2017, les fumeurs quotidiens fumaient en moyenne 15,3 cigarettes (ou équivalent) par jour, les hommes (15,5) comme les femmes (15,0).

Parmi les fumeurs quotidiens de la région Grand Est, 74,7 % fumaient de façon intensive (plus de 10 cigarettes par jour), (74,8 % des hommes et 74,5 % des femmes), proportion supérieure à celle de la France métropolitaine qui était de 66,8 %.

La cigarette électronique

Un Français sur trois a déjà expérimenté la cigarette électronique (36,0 % en 2017 pour la région Grand Est) avec un taux de 39,1 % chez les hommes et 33 % chez les femmes.

Le vapotage concerne plus les fumeurs quotidiens ou occasionnels (75,9 %) que les ex-fumeurs et décroit  avec l’âge. Les utilisateurs quotidiens sont plus nombreux chez les 31-45 ans (3,0 %), suivis des 46-60 ans (2,5 %) et des 18-30 ans (2,4 %)

Il est nettement moins fréquent chez les personnes n’ayant jamais fumé de tabac que parmi les fumeurs et ex-fumeurs (7% sur l’ensemble de la France métropolitaine), et le vapotage quotidien ne concerne que 0,1 % d’entre elles.

carte des régions avec le pourcentage d'Expérimentation et usage quotidien de la cigarette électronique

Expérimentation et usage quotidien de la cigarette électronique

Les tentatives d’arrêt

Un majorité de fumeurs quotidiens ont envie d’arrêter de fumer. Pour le Grand Est le chiffre est de 55,3 %, dont 25,3 % avec un projet d’arrêt dans les 6 mois. Cela concerne davantage les femmes que les hommes : 60,5 % contre 50,8 % et surtout les 46-60 ans (68,4 % chez les femmes et 59,9 % chez les hommes).
Parmi les fumeurs quotidiens, 25,1 % avaient fait une tentative d’arrêt d’au moins une semaine au cours des 12 derniers mois avec un pourcentage comparable dans les deux sexes : 25,8 % parmi les hommes et 24,2 % parmi les femmes. Les 18-30 ans étaient les plus nombreux à avoir fait une tentative d’arrêt du tabagisme.

carte régionale des Tentatives d’arrêt dans l’année et envies d’arrêter de fumer

Tentatives d’arrêt dans l’année et envie d’arrêter de fumer

La France doit mieux faire

Comme le soulignent dans le BSP Grand Est le Directeur de l’Agence Régionale de Santé Grand Est, Christophe Lannelongue, et le Président de Grand Est Sans Tabac, le Pr Yves Martinet, « des pays comme le Royaume Uni et la Norvège, ont montré qu’il était possible d’éviter les maladies et les morts liées au tabac comme l’ont fait d’autres pays tels le Royaume-Uni ou la Norvège. »
« L’Agence régionale de santé (ARS) Grand Est, dans son Programme Régional de Lutte contre le Tabac (PRLT), a inscrit la lutte contre le tabagisme comme une de ses grandes priorités en retenant trois axes.

  • Le premier, intitulé « protéger les jeunes et éviter l’entrée dans le tabac », repose sur le développement des compétences psycho-sociales associé à des mesures de réduction de l’offre et de dénormalisation de la consommation de tabac.
  • Le second axe vise à aider les fumeurs à arrêter de fumer, ce qui est le souhait de deux fumeurs sur trois. Face à une des drogues les plus dures sur les marchés des produits licites et illicites, il est possible d’aider les fumeurs à franchir le pas en développant leur motivation, collectivement ou individuellement. Ceci nécessite l’implication active des différents professionnels de santé et donc une formation rigoureuse (initiale et continue) afin que la prise en charge des fumeurs devienne systématique, à chaque consultation (quel qu’en soit le motif), et à chaque hospitalisation. 
  • Enfin, le troisième et dernier axe qui consiste à créer un environnement favorable, vise à la dénormalisation du tabac. Il convient de casser l’image encore positive de la consommation de tabac dans la société française en démontrant que le tabac n’est pas un produit banal puisque sa consommation tue ses usagers. Parallèlement, il est souhaitable d’étendre les lieux non-fumeurs, par exemple, aux universités, mairies, ARS, parcs publics (*), lieux de pratique d’activité physique…, notamment dans le cadre des contrats locaux de santé. »

(*) : Le conseil municipal de Strasbourg qui avait a voté en 2014 l’interdiction de fumer dans ses aires de jeux, l’a étendue le 24 juin 2018 à tous ses espaces verts avec mise en application dès le 1er juillet. Un exemple à suivre.

Panneau d'interdiction de fumer

Réunion régionale des Clubs Cœur et Santé à Saint-Dié le 15 juin 2019

Photo des participants dans l'amphithéâtre de la Faculté de médecine

Une partie des participants à l’Assemblée Générale 2018 de l’Association de Cardiologie de Lorraine

Dans le cadre des manifestations organisées tout au long  de l’année 2018-2019 à l’occasion de son quarantième année, le Club Cœur et Santé de Saint-Dié invite ses homologues de l’Association de Cardiologie de Lorraine le samedi 15 juin 2019 à l’Espace François Mitterrand.

Lors de sa réunion du 11 juin, le bureau a arrêté le programme suivant :

9 h 30 : accueil avec petit déjeuner – Musée Pierre Noël.

10 h 00 : Conférence : « Boris Vian : ses rendez-vous manqués avec la Cardiologie » par le Pr Jean-Marie Gilgenkrantz, Président honoraire de l’Association de Cardiologie de Lorraine.

10 h 45 : Visite du Musée (collections Jules Ferry, collection militaire, Claire et Yvan Goll, Jean Prouvé, Projet Le Corbusier…) ou de l’ensemble cathédral (XII-XVIIIe siècle).

12 h : déplacement à pied dans la ville du XXe siècle : Usine Le Corbusier (Patrimoine de l’UNESCO), rue Thiers (Patrimoine architectural du XXe siècle) et Tour de la Liberté (construite à Paris à l’occasion du bicentenaire de la Révolution Française en 1989 puis installée à Saint-Dié).

12 h 45 : repas à l’Espace François Mitterrand.

Remarque importante :

La capacité de la salle de conférence du musée est de 250 places. En cas d’inscriptions plus nombreuses, les personnes suivantes feront d’abord la visite du musée ou de l’ensemble cathédral puis assisteront à une conférence intitulée « 40 ans de progrès en cardiologie : l’exemple de l’infarctus » par le Dr J-L Bourdon, cardiologue du club de Saint-Dié. Les inscriptions se feront dans l’ordre d’arrivée.

 

Photo du Programme de la Réunion régionale des Clubs Cœur et Santé-15-6-2019

Retrouvez le programme illustré et le formulaire d’inscription au format PDF : Réunion régionale des Clubs Cœur et Santé-15-6-2019

Lutte contre la sédentarité : le Pr François Carré demande une prise en charge financière du « Sport sur ordonnance » et une sensibilisation des parents

Photo des participants

Une séance de gymnastique avec le Club Cœur et Santé de Saint-Dié, sous la direction d’un professeur d’éducation physique et sportive

Le « Sport sur ordonnance » a été mis en place par un décret du 30 décembre 2016, à l’intention des personnes souffrant d’une pathologie chronique : https://coeuretsante.deodatie.fr/2017/01/04/activite-physique-adaptee-sur-ordonnance-decret-du-30-decembre-2016/.

Mais cette activité peine à se développer en particulier pour des raison financières : https://coeuretsante.deodatie.fr/2018/03/06/sport-sur-ordonnance-etat-des-lieux-un-an-apres-le-decret-du-30-decembre-2016/.

Dans une interview de la journaliste Sandrine Cabut publiée ce mercredi 30 janvier 2019 sur le site du journal Le Monde, le Professeur François Carré, vice-président de la Fédération Française de Cardiologie (FFC) et enseignant à la faculté de médecine de Rennes, demande des moyens pour « Le sport sur ordonnance [qui] ne décollera pas sans prise en charge financière« .

A l’occasion du Forum « Sport & Santé » qui a lieu demain 31 janvier à Balaruc-les-Bains, dans l’Hérault, le Pr Carré indique qu’en matière de sédentarité, on en est « malheureusement au même stade que sur celui du tabagisme il y a cinquante ans. Il n’y a pas de réelle prise de conscience des dangers par la population. Il est prouvé que la sédentarité (ces moments d’éveil avec une très faible dépense énergétique, par exemple regarder la télévision ou travailler assis devant un ordinateur) est délétère pour la santé. Cela favorise les maladies cardio-vasculaires, le diabète, l’obésité, les cancers, les troubles anxieux et dépressifs. Mais 72 % des Européens sous-estiment ces risques, comme l’a montré une enquête de 2018, menée dans huit pays par l’association Attitude Prévention. En France, où on passe en moyenne plus de sept heures par jour assis, la proportion est de 67 %« .

Il précise également que « les parents n’ont pas conscience des dangers de la sédentarité pour leurs enfants« , même s’ils reconnaissent les dangers de l’addictions aux écrans.

Pour sensibiliser les parents, la FFC a d’ailleurs mis en ligne l’an dernier une vidéo sur ce sujet :

Pour le cardiologue, il faut que les médecins « s’emparent de ce problème et que la question de l’activité physique devrait systématiquement être abordée en consultation, au même titre que celle de la consommation de tabac et d’alcool » .

Il rappelle également le rôle de l’école et l’initiative de la FFC avec les Parcours du cœur. « En 2018, plus de 415 000 élèves issus de 2 600 établissements y ont participé. » A Saint-Dié, où il est organisé depuis 1989 par le Club Cœur et Santé, l’édition 2019 aura lieu le jeudi 4 avril dans le Parc Jean Mansuy : https://coeuretsante.deodatie.fr/evenement/parcours-du-coeur-scolaire-2019-jeudi-4-avril/.

Photo d'un groupe avec un parachute

Activité autour d’un parachute lors du Parcours du Coeur Scolaire 2018

Par contre, François Carré regrette « l’absence de formation des médecins concernant les bienfaits de l’activité physique et les modalités de la prescription de celle-ci est effectivement l’un des principaux freins au développement du « sport sur ordonnance », avec la non-prise en charge par l’Assurance-maladie« . C’est dans ce cadre que la Haute Autorité de Santé a publié fin 2019 un guide pratique dont le club Cœur et Santé s’est fait l’écho : https://coeuretsante.deodatie.fr/2019/01/09/le-guide-daide-a-la-prescription-des-activites-physique-et-sportives-de-la-haute-autorite-de-sante/.

A côté des médecins, d’autres professionnels comme les APA et les pharmaciens ont un rôle important, et dans cette optique une formation de 20 heures a été mise en place à l’intention de ces derniers à Rennes.

 

Retrouvez l’interview du Pr Carré dans son intégralité : https://www.lemonde.fr/sante/article/2019/01/30/le-sport-sur-ordonnance-ne-decollera-pas-sans-prise-en-charge-financiere_5416521_1651302.html?xtmc=sport_sur_ordonnance&xtcr=1.

 

L’activité de natation se poursuit à la piscine de Gérardmer

Photos des nageurs dans la piscine avec la vue sur la ville de Gérardmer enneigée au travers es baies vitrées

La natation a repris le mercredi 9 janvier (Photo de Dominique Rossignol)

Après la trêve de Noël le groupe des nageurs a repris le chemin de la piscine de Gérardmer et l’activité va se poursuivre dans cet établissement jusqu’en mars, date de  sa fermeture pour travaux.

Suite à quelques départs, il y a de la place pour d’autres personnes qui souhaiteraient intégrer le groupe.

Nous contacter par l’intermédiaire du formulaire de contact ci dessous.

 

Le guide d’aide à la prescription des activités physique et sportives de la Haute Autorité de Santé

Vue sur la vallée de Saint-Jean et le Massif de la Bure

Point de vue sur Saint-Jean d’Ormont lors d’une marche en octobre 2018

La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié 2018 un guide d’aide à la prescription des activités physique et sportives.

Même si ce guide s’adresse aux professionnels de santé, chacun pourra y trouver des informations sur l’intérêt de la pratique régulière d’une activité physique régulière.

« Bouger plus, lutter contre la sédentarité liée à nos modes de vie, faire 2h30 d’activité physique par semaine… Ces messages de santé publique, bien qu’ancrés dans notre quotidien, doivent encore entrer dans la pratique. Depuis 2016, les médecins peuvent prescrire une activité physique adaptée à leurs patients et sont les mieux placés pour le faire : ils connaissent leurs patients et ont leur confiance. Pourtant, ils manquent de référentiels et d’outils, notamment sur la gestion du risque cardiovasculaire, et prescrivent encore de façon inégale sur le territoire. Face à ce constat, la HAS publie un guide et 6 référentiels par pathologie pour les aider dans cette démarche« . (introduction du document de la HAS).

https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2878690/fr/activites-physiques-et-sportives-un-guide-pour-faciliter-la-prescription-medicale

 

Logo de la Haute Autorité de Santé

Rétrospective 2018 : prise en charge de l’arrêt cardiaque

Groupe d'élèves apprenant le massage cardiaque

Apprentissage du massage cardiaque lors de le la formation des scolaires en novembre 2018

L’année 2018 a été riche en événements dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque par le public.

Au niveau national, des textes importants ont été publiés. Ils devraient permettre l’implantation plus large des défibrillateurs accessibles au public et l’amélioration de leur maintenance :

De plus, en septembre a été annoncé un plan de formation de tous les collégiens des classes de troisième d’ici 2020. L’objectif global est de former aux premiers secours 80% de la population française.

En ce qui concerne le Pays de la Déodatie, le projet Défidéo continue de se développer.

Localement, le Club Cœur et Santé de Saint-Dié a poursuivi avec de nombreux partenaires son action de formation aux gestes qui sauvent pour les scolaires (en novembre) et le grand public avec des réunions à Saint-Dié (en mai et novembre), mais également dans plusieurs autres communes en partenariat avec les mairies.

Enfant faisant un massage cardiaque

On peut commencer très tôt à apprendre les gestes qui sauvent : massage cardiaque par un enfant lors de la formation de Celles sur Plaine

 

Rétrospective 2018 : marche nordique

Photo du groupe à la marche du lundi 3 décembre

Temps incertain, tenue adaptée, 29 participants à la sortie du lundi 3 décembre

Organisée par Michel Antoine assisté de Dominique Rossignol, Joseph Louis et Jean-Claude Wolff, cette activité est celle qui accueille le plus d’adhérents du club : 68, avec une participation moyenne de 36 personnes.

photo du groupe des 43 participants

Lundi 27 septembre, 43 participants au départ de l’aire des Feignes

Elle a lieu le lundi après-midi de 14 heures à 17 heures, hors vacances scolaires. Cette année, 33 sorties ont été organisées, sous le soleil le plus souvent, mais également sous la pluie qui ne fait pas peur aux marcheurs, pas plus que la neige.

Photo des participants dans un décor de neige

39 marcheurs le lundi 5 février 2018

Rétrospective 2018 : les marches

Pose photo à la Roche des Hauts Champs avant d’accéder à la Roche des Fosses

Pose photo à la Roche des Hauts Champs avant d’accéder à la Roche des Fosses

Les marches organisées par le club ont lieu le dimanche après-midi, répartie sur toute l’année, hors vacances scolaires.

En 2018, il y a eu 17 sorties organisées. Cette année a vu la mise en place de deux circuits permettant d’accueillir chacun quelles que soient ses capacités.

Photo de bénévoles

Sortie du mois de mars. Les deux groupes se rejoignent en Haut du sentier de la Frase

Le plus souvent une partie du circuit est commune aux deux groupes et si cela est possible, Michel Antoine, le responsable des marches, propose un départ et une arrivée communes.

La participation moyenne à ces marches du dimanche est de 28 marcheurs :  7 personnes pour la « petite » marche encadrée par Denise Dombrat et Suzanne Antoine et 21 pour la « grande » marche.

Photo de la pause au Col du Louschbach

Sortie Raquette. Au Col du Louschbach, a pause s’impose…et nous repose

D’autres marches sont organisées en semaine le mercredi ou le jeudi : une sortie sur les crêtes à la découverte des chamois en septembre, une marche en raquettes également sur les crêtes en février encadrée par Gilbert Muller et Alain Auzely et plusieurs marches à l’occasion des sorties découvertes d’une journée.

Photo du groupe au retour

Sortie « chamois  » en septembre. Fin de la balade sous un soleil radieux et un ciel bleu azur

 

Rétrospective 2018 : gymnastique

Photo des participants

Lors de la séance du 1er octobre 2018

Cette activité a lieu le lundi de 18 heures à 19 heures, sauf vacances scolaires ou jour férié, dans la salle de tir à l’arc du Palais omnisports Joseph Claudel. Si la météo le permet, les animateurs n’hésitent pas à aller en extérieur sur le stade d’athlétisme voisin.

Photo de groupe

Séance du 2 juillet

L’animation des séances est assurée à tour de rôle par sept animateurs (professeurs ou anciens professeurs d’éducation physique et sportive, kinésithérapeute).

Une équipe de quatre infirmières participe également à l’encadrement.

Photo des participants

La séance du lundi 23 mars

Durant l’année passée, il y a eu 32 séances avec en moyenne la présence de 31 personnes.

Pour participer à cette activité : venir sur place un lundi à 18 heures où vous serez accueilli par la présidente Annie Thirion ou le vice-président Michel Antoine. Vous pouvez aussi nous envoyer un message par le formulaire de contact.

 

Rétrospective 2018 : natation

Photo de nageuses et nageurs
Le groupe devant la piscine de Gérardmer (Photo : Dominique Rossignol)

Cette nouvelle activité a débuté le 12 septembre 2018.

Elle a lieu le mercredi après-midi à la piscine de Gérardmer sous la conduite de Dominique Rossignol avec 15 participants qui font preuve d’une bonne assiduité puisqu’il y a en moyenne 10 personnes présentes pour les 16 premières séances.

photo de 5 nageurs
Une partie du groupe de natation. Séance du 2 octobre 2018

Il reste quelques places pour les personnes qui souhaitent intégrer le groupe. Si vous êtes intéressé, veuillez utiliser le formulaire « Contact ».

Rétrospective 2018 : les sorties en vélo

Photo des 10 cyclistes

Petite pause à Contramoulin lors de la première sortie de l’année le 12 avril

Pour l’année 2018, les sorties vélo du jeudi matin ont débuté le 12 avril et se sont achevées le 6 décembre.

Ces sorties sont ouvertes aux cardiaques désireux de reprendre une activité en vélo avec tout type de matériel y compris ceux avec assistance électrique. Il ne s’agit pas d’une compétition, mais de randonnées sans grosses difficultés, avec des pauses permettant à chacun d’aller à son rythme et aussi de progresser en améliorant ses capacités au fur et à mesure des sorties.

Quelques chiffres

Cette année, ce sont 28 membres du club qui ont participé à cette activité, dont une douzaine a intégré le groupe cet été ou en automne.

Il y a eu 37 sorties avec une distance de 24 à 30 km pour les premières sorties et une moyenne de 35 km. Les participants ont effectué près de 12 000 km durant la saison.

La participation a été en  moyenne de 10 personnes avec le 8 novembre un maximum de 17. Les 10 personnes les plus assidues ont effectué entre 18 et 33 sorties.

Photo du groupe avec en fond le lac, la forêt vosgienne et le ciel bleu

Le groupe de cyclos sur la digue du lac de Celles-sur-Plaine le 26 juillet

En juillet, le club a organisé deux sorties d’une journée, combinant vélo et découverte, avec un pique-nique sorti du sac.

La première a conduit le groupe à La Croix-aux-Mines avec le matin visite de l’église suivi d’un concert d’orgue et l’après-midi visite d’une ancienne mine.

La seconde, le 26 juillet avait comme destination la scierie hydraulique historique de la Hallière à Celles-sur-Plaine. Cette sortie a été la plus longue de l’année avec 67 km.

Photo en haut du Col

L’arrivée au col des Arrentès le 14 juin

Le « sommet » de la saison a été franchi  en juin avec l’ascension du Col des Arrentès à deux reprises. La première a eu lieu le 14 juin dans le cadre d’une sortie de reconnaissance et la seconde le 19 juin lors de la dernière étape de la Psycyclette, une randonnée cyclo-touristique organisée par l’UNAFAM.

Il est à noter que cette année la météo ne nous a contraint à annuler cette activité qu’à partir du 13 décembre seulement.

L’année 2018 a été marquée par la mise en place le 29 septembre de la première Randonnée urbaine en vélo dans le cadre de la semaine du Cœur. Une manifestation organisée en partenariat avec l’association L’Engrenage, avec laquelle d’autres actions sont prévues en 2019.

Photo de groupe

Les cyclistes rue d’Hellieule lors de la première Randonnée urbaine en vélo le 29 septembre.

Un témoignage

Pour conclure voici le témoignage d’un adhérent arrivé dans le groupe au printemps après une longue hospitalisation suite à une délicate opération à cœur ouvert. Une réadaptation avait ensuite eu lieu dans le service de réadaptation de l’hôpital. C’est là qu’il avait rencontré les responsables du club Cœur et Santé. Il a intégré le groupe des cyclistes en avril puis celui des nageurs lors de sa création en septembre. Son témoignage résume l’état d’esprit qui règne dans le groupe.

« Quand je suis arrivé en avril à l’association  » Cœur et Santé « , je me demandais ce qui allait se passer, vu que je n’avais pas encore la pêche. Eh ben non, j’ai été pris en mains direct, mis en confiance par l’encadrement s’inquiétant de l’un et de l’autre. Un mot pour mon ange gardien du début qui m’accompagnait en me disant : « vas y, c’est dans la tête ». Qu’est-ce que j’ai pu l’entendre. Et bien sûr tous les copains, copines du vélo et de la piscine. Une super équipe… »

La saison 2019

La reprise est prévue en mars ou avril 2019. La date sera fixée en fonction de la météo.

Photo du groupe de 17 cyclistes devant l'ancienne gare de Fraize, devenue office de tourisme

Pause à Fraize le 8 novembre