Catégorie - Actualités

La vaccination contre le Covid a débuté en Déodatie.

La vaccination contre le SARS-Cov-19 a débuté le 8 janvier à l’hôpital St-Charles pour le personnel soignant (photo : Tony Jacquot, L’Echo des Vosges)

La deuxième vague de la maladie n’en finit pas de toucher et de tuer de plus en plus de personnes.

Les données épidémiologiques

Les données épidémiologiques actuelles à la date du 18 janvier sont les suivants :

  • au niveau mondial, depuis le 31/12/19 : 96 218 601 cas confirmés avec 2 058 534 décès.
  • en France : 2  938 333 personnes ont été contaminées et 71 342 sont décédés soit plus d’un décès pour 1000 habitants. Il y a plus de 25 000 personnes actuellement hospitalisées.

Face à cette situation, le contrôle de la pandémie repose sur la vaccination, les mesures barrières ayant leurs limites et en l’absence de traitement ayant fait ses preuves (voir article précèdent)

Le point sur les traitements de la Covid 19

Deux vaccins sont actuellement autorisés en France :

  • celui de Pfizer, le Comirnaty autorisé le 24 décembre,
  • celui de Moderna autorisé le 8 janvier.

Où en est-on dans la vaccination à Saint-Dié?

  • Le vaccin administré actuellement est le Comirnaty de Pfizer mis au point par des chercheurs allemands et qui utilise la technologie de l’ARN messager qui existe depuis 20 ans.
  • Il est efficace à 95 % contre la maladie et ses formes graves.
  • Les premières vaccinations ont eu lieu le 8 janvier au centre hospitalier pour les personnels hospitaliers de plus de 50 ans ou à risque.
  • Le lendemain, ce sont des personnes de l’Âge d’Or qui ont été vaccinées.
  • Les personnels de santé libéraux, le sapeurs-pompiers et les auxiliaires de vie l’ont été dans les jours suivants à l’hôpital ou à la salle Carbonnar.
  • La vaccination des personnes de plus de 75 ans ou à très haut risque a débuté le 18 janvier à la salle Carbonnar, du lundi au vendredi de 8h 30 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 17 h 30.
  • Il faut faire deux injections à 3-6 semaines d’intervalle.

Quelles sont les contre-indications ?

  • Des antécédents de manifestations graves d’allergie de type anaphylactique.
  • Un épisode infectieux en cours avec température supérieure à 38,5 °C (report de la vaccination).
  • Une infection par la COVID-19 avec des symptômes et datant de moins de 3 mois, mais on ne tient pas compte d’une sérologie positive au Covid sans symptôme.
  • Une vaccination antigrippale de moins de 3 semaines et un autre vaccin de moins de 2 semaines. Il ne faut pas faire d’autre vaccin entre les deux injections, ni dans les 15 jours qui suivent la deuxième dose.
  • Personnes immunodéprimées : peuvent être vaccinées car à haut risque, mais la vaccination peut être moins efficace.
  • Grossesse et l’allaitement : la vaccination n’est pas conseillée.
  • Précautions : comme pour les autres injections intramusculaires, le vaccin doit être administré avec prudence aux personnes qui suivent un traitement anticoagulant ou qui souffrent d’un manque de plaquettes thrombocytopénie ou d’un trouble de la coagulation (utilisation d’une aiguille de petit calibre et compression pendant 2 minutes).

Prendre rendez-vous

  • A Saint-Dié :
    • par internet sur www.saint-die.eu ou www.ch-saint-die.fr
    • ou par téléphone au 03 29 42 16 75 du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 14 h à 17 h 30.
  • Ailleurs,
    • vous pouvez localiser votre centre de vaccination et prendre rendez-vous sur le site santé.fr : https://www.sante.fr/centres-vaccination-covid.html
    • pour les personnes n’ayant pas accès à internet et qui souhaitent prendre rendez-vous pour se faire vacciner, il y a un numéro vert : 0 800 009 110.

Au moment où nous mettons en ligne, en raison d’un retard de livraison du vaccin, la prise de rendez-vous est interrompue à la fois sur Internet et par téléphone.

La vaccination est gratuite.

Vous devez vous munir d’une pièce d’identité, de votre carte Vitale et de votre dernière ordonnance.

A votre arrivée, vous aurez à remplir un questionnaire permettant de vérifier que vous ne présentez pas de contre-indication à la vaccination. Vous pouvez aussi le remplir à la maison (voir document ci-après). QUESTIONNAIRE MEDICAL SIMPLIFIE AVANT VACCINATION COVID 19

Vous recevrez un certificat de vaccination et un rendez pour l’injection de la deuxième dose.

En cas de difficultés pour vous déplacer : transport gratuit possible. Le demander lors de la prise de rendez-vous au 03 29 42 16 75.

Le point sur les traitements de la Covid 19

Image de coronavirus

L’arrivée des premiers vaccins ouvre de grands espoirs pour lutter contre la pandémie contre laquelle, à ce jour, aucun traitement n’a fait la preuve d’une grand efficacité.

Les données épidémiologiques actuelles à la date du 18 janvier montrent la gravité de la situation responsable d’hôpitaux surchargés, voire débordés, avec des personnels contaminés et épuisés :

  • au niveau mondial, depuis le 31/12/19 : 96 218 601 cas confirmés avec 2 058 534 décès.
  • en France : 2  938 333 personnes ont été contaminées (+ 20 000 en 24 heures ces dix derniers jours), 202 165 ont été hospitalisées et 71 342 sont décédés soit plus d’un décès pour 1000 habitants. Il y a plus de 25 000 personnes actuellement hospitalisées.

Courbe des hospitalisations de patients Covid-19 en France jusqu’au 18 janvier 201

Où en est-on avec les traitements ?

  • L’hydroxychloroquine et l’azithromycine ont une activité « in vitro » mais n’ont pas démontré leur efficacité « in vivo » tant chez l’animal que chez l’homme.
  • Les antiviraux ; n’ont pas fait leurs preuves.
    • le molnupiravir est efficace chez le furet, mais aucune étude n’a pas encore été publiée pour l’homme,
    • le favipiravir utilisé contre Ebola et la grippe a donné sur de petites études des résultats contradictoires,
    • le remdesivir est déconseillé en raison de son absence d’efficacité et ses effets secondaires.
  • La dexaméthasone (dérivé de la cortisone) n’a montré dans l’étude Recovery un effet positif uniquement que chez les patients sous ventilation artificielle.
  • Les autres traitements
    •  le ruxolitinib utilisé jusqu’à présent dans la myélofibrose, une maladie hématologique rare, n’a pas eu les effets attendus dans les formes graves de la Covid,
    • dans une étude parisienne sur 129 patients, le tocilizumab, un immunosuppresseur, « améliore significativement le pronostic des patients avec pneumonie » et pourrait prévenir les « orages cytokiniques » responsables d’atteintes graves des poumons liées à une réponse immunitaire disproportionnée) mais ces résultats doivent être confirmés par « des essais supplémentaires. »
  • Des espoirs 
    • des anticorps ont été autorisés par l’agence américaine du médicament (FDA) et une seule injection de ce traitement réduit la nécessité de soigner en urgence les patients à haut risque malades du Covid-19,
    • Selon une étude française, l’anakinra, habituellement destiné aux maladies rhumatismales, démontre des résultats « encourageants » sur les patients atteints de formes graves de Covid-19. Son application permet de bloquer l’interleukine-1, une des cytokines impliquées dans les «  tempêtes inflammatoires  »,
    • Le SNG001 est un traitement par inhalation à base d’interféron bêta, une protéine naturelle qui intervient dans la réponse de l’organisme contre les virus et réduit les risques de développer des formes sévères,
    • L’interféron alpha-2b (IFN-α2b), antiviral prescrit pour soigner l’hépatite C, a démontré dans une étude chinoise des effets encourageants contre le nouveau coronavirus. en réduisant la présence du virus dans les voies respiratoires supérieures »,
    • L’ivermectine, un anti-parasitaire, a montré dans une étude américaine récente de 1 400 patients, prépubliée (donc non validée par un comité de lecture), une baisse de la mortalité et de la durée d’hospitalisation, mais l’étude ne répond pas aux critères de l’essai randomisé en double aveugle.
    • L’injection de cellules souches mésenchymateuses du cordon ombilical a 24 patients présentant une forme grave de la maladie (syndrome de détresse respiratoire aiguë) a permis de réduire la mortalité (survie à un mois de 91% pour les patients après les cellules souches, contre 42 % dans le groupe placebo). Ceci est à confirmer par d’autre études.

On est donc encore loin d’un traitement qui pourrait faire baisser la sévérité de la maladie.

D’où la nécessité de continuer à se protéger avec les gestes barrières et l’utilité de la vaccination qui a débuté récemment en France, mais que ne concerne actuellement qu’une partie de la population (voir l’article suivant consacré à ce sujet).

La vaccination contre le Covid a débuté en Déodatie.

La lettre du président de la Fédération Française de Cardiologie du 9 décembre 2020

Photo des marcheurs sur passage en prairie

Passage en prairie à proximité de Bourmont lors de la marche du 18 octobre 2020

Notre présidente, Annie Thirion, a reçu ce jour la lettre d’information du Pr Alain Furber, président de la Fédération Française de Cardiologie.

« Cher Président,

Cher Délégué régional,

Cher Responsable de Club,

Le Président de la République puis le Premier Ministre ont précisé le cadre du déconfinement avec deux étapes principales. Si certains points sont actés, de nombreux autres restent encore en suspens. C’est malheureusement notamment le cas de la reprise des activités de nos Clubs Cœur et Santé.

Nous espérons pouvoir reprendre les activités en extérieur à compter du 15 décembre mais attendons pour l’instant que le Gouvernement précise le cadre de cette deuxième étape ainsi que sa date finale.

Nous vous tiendrons bien évidemment informés dès que nous aurons plus d’informations. D’ici là, nous vous demandons de ne pas reprendre les activités y compris en extérieur afin de nous conformer à la législation.

Si l’activité peut reprendre à partir du 15 décembre, ce sera sans aucun doute dans le cadre d’un protocole renforcé avec une taille de groupe limitée que nous vous préciserons également.

Par dérogation prévue par décret, les seuls Clubs ayant conventionné avec leur ARS dans le cadre du sport santé peuvent reprendre leur activité sous réserve de ces 3 conditions cumulatives (imposées par le cadre législatif) :

  • Ne sont concernés que les adhérents ayant une prescription médicale réservée aux personnes atteintes d’une pathologie chronique et/ou en ALD ou en perte d’autonomie et
  • L’encadrement des séances doit impérativement être réalisé par un STAPS APA, un kinésithérapeute, un ergothérapeute ou un psychomotricien et
  • Les séances doivent se dérouler dans un lieu adapté (la voie publique et les lieux publics sont interdits).

Dans l’attente de pouvoir reprendre nos activités, ce que nous espérons tous, je vous invite à encourager vos adhérents à avoir une activité physique régulière notamment en profitant des nouvelles limites de sortie (3h et 20km). La page de notre site internet répertoriant les initiatives des Clubs pour inciter à réaliser des activités physiques individuelles à domicile a été mise à jour, vous pouvez y retrouver des vidéos à partager à vos adhérents : https://www.fedecardio.org/bonne-pratique–restons-actifs-meme-a-domicile

Afin de mieux mesurer l’impact du confinement sur les Clubs, nous vous serions très reconnaissants de bien vouloir compéter le rapide questionnaire (6 questions) ci-joint.

Vos réponses nous permettront de mieux préparer la reprise post-confinement mais aussi d’anticiper le lancement de la prochaine saison.

Cette année 2020 restera comme une année compliquée pour nous tous et je vous remercie à nouveau pour votre engagement, votre sérieux dans la mise en place des mesures de sécurité et votre patience face à un contexte incertain.

Prenez soin de vous et de vos proches,

Professeur Alain Furber

Président de la Fédération Française de Cardiologie »

 

 

Click to access the login or register cheese