Archive - mai 2019

Le club Cœur et Santé a participé au Parcours du Cœur d’Anould

Le départ du groupe vers 14 heures

Comme l’an dernier, pour la marche dominicale du 19 mai le club Cœur et Santé a participé au Parcours du Cœur d’Anould.

Le rendez-vous était fixé en début d’après-midi et une vingtaine de personnes étaient présentes, tandis qu’une dizaine d’autres ont effectué le parcours en individuel à un autre moment  de la journée.

Anould et la vallée de la Meurthe avec les genêts en fleurs

Deux circuits étaient proposés : l’un de 5 km et un autre d’un peu plus de 10 km.

Les participants ont pu apprécier ces circuit tracés sur les hauteurs d’Anould au dessus du Col du Plafond avec de beaux points de vue sur la vallée de la Meurthe.

Une allée de thuyas avec un tracé riche en courbes en pleine forêt

Le grand circuit avait été légèrement allongé par rapport à l’an dernier avec une boucle menant à une surprenante allée de thuyas située en pleine forêt avant d’arriver au carrefour des 7 chemins. Une allée où certains ont même cru apercevoir un darou !

Une pause bien agréable avec un accueil des plus sympathique au carrefour des 7 chemins

Peu avant l’arrivée le sentier faisait un petit détour menant à la Vierge de Henefête située sur la commune de Corcieux.

Encore une belle après-midi, commencée sous un ciel nuageux mais se déroulant sans une goutte d’eau et avec même des belles éclaircies en fin de parcours, venant contredire des prévissions météorologiques qui prévoyaient plutôt de la pluie.

Même le soleil était au rendez-vous

Une quarantaine de personnes formées à la prise en charge de l’arrêt cardiaque

Massage avec un mannequin Mini Anne

Comme il le fait depuis de nombreuses années (*), le jeudi 16 mai le club Cœur et Santé a organisé à l’Espace François Mitterrand une nouvelle soirée de formation aux gestes à pratiquer d’urgence lorsque l’on se trouve en présence d’une personne victime d’un arrêt cardiaque.

Une quarantaine de personnes (**) de tous âges (il y avait plusieurs enfants et adolescents) y ont participé, encadrées par 6 membres du club.

Enfant faisant un massage cardiaque

On peut commencer très tôt à apprendre les gestes qui sauvent : exemple d’un massage cardiaque par un enfant sur un mannequin Mini Anne

La première partie de la formation a été consacrée à un diaporama sur l’état des lieux en France et à l’étranger concernant l’arrêt cardiaque.

Il existe d’importantes variations dans les chances de survie après un arrêt cardiaque inopiné selon l’endroit où l’on se trouve. Alors qu’elles sont passés en France en une dizaine d’années de 3% à 5-8 %, le retard reste important par rapport à d’autres pays et en particulier à la Grande Bretagne (près de 30% de survie).

Mais il est des lieux où ces chances sont encore plus élevées : ce sont ceux qui sont équipés de Défibrillateurs Automatique Externes (DAE) où il y a beaucoup de monde et donc forcément un témoin pour faire les trois gestes qui sauvent (appeler les secours, pratiquer un massage cardiaque et utiliser dès les premières minutes un DAE). Ces endroits « idéaux » sont les aéroports (Chicago, Paris Charles de Gaulle, Madrid, Amsterdam) et, mieux encore, les casinos de Las Vegas aux Etats Unis où la  survie dépasse les 70% (voir la figure ci-dessous).

Taux de survie après un arrêt cardiaque selon le lieu de sa survenue (source : présentation du médecin de la Croix Rouge au séminaire ARLoD en 2018).

Le diaporama a ensuite permis de préciser le fonctionnement du cœur et les causes de l’arrêt cardiaque. Puis les participants ont reçu des explications sur les 3 gestes qui sauvent : comment appeler les secours, comment masser et comment utiliser un DAE (et où en trouver un en accès public).

Le diaporama est à retrouver sur le lien suivant : Arrêt cardiaque-Saint-Dié-16-5-2019

La seconde partie a été consacrée à la formation pratique avec une vidéo et les mannequins Mini Anne.

Apprentissage du massage cardiaque

En complément de cette initiation, il est conseillé de passer le PSC1 (Prévention et Secours Civiques de niveau 1), diplôme qu’en langage populaire on appelle le « brevet de secourisme ».

En Déodatie, cette formation diplômante d’une durée de deux demi-journées est délivrée par les organismes suivants :

Les prochaines formations actuellement prévues à Saint-Dié auront lieu à l’Espace François Mitterrand les 21 et 22 novembre 2019 pour les élèves de CM2 de Saint-Dié (28ème édition) et le 21 novembre à 19 heures pour le grand public. La participation se fait sur inscription.

(*) : les premières formations ont lieu au printemps puis en novembre 1994 pour les scolaires et en 1995 pour les adultes (responsables des clubs sportifs puis employés municipaux l’année suivante). Depuis, ce sont plus 21 000 enfants et adultes qui ont bénéficié d’une formation en partenariat avec les organismes de secourismes (Croix Rouge, Protection Civile, FFSS, SNR, Ufolep…) et les sapeurs-pompiers,
.

 

 

Décret du 4 mai 2007 : où en est-on dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque 12 ans après ?

Enfant pratiquant un massage cardiaque

Appeler, puis masser et défibriller : les trois piliers de la prise en charge de l’arrêt cardiaque

La prise en charge d’un arrêt cardiaque inopiné

Elle dépend de plusieurs facteurs, en dehors de l’action des services spécialisés dans le secours aux victimes et les professionnels de santé hospitaliers  :

  • le nombre de personnes formées aux gestes qui sauvent au sein de la population
  • le temps d’accès à la défibrillation qui est lié au nombre a et la disponibilité des DAE.

De ces éléments dépend le taux de survie à un arrêt cardiaque. Celui-ci varie beaucoup d’un pays à l’autre, d’un territoire à l’autre. Et, s’il existe des taux de survie très importants comme dans les casinos de Las Végas (75 %), les aéroports (65 %) ou même en Grande Bretagne (près de 30%), on est loin de ces chiffres en France (moins de 10%) malgré les progrès observés ces dix dernières années.

Tableau avec les taux dans les casino de Las Végas (75 %), les aéroports (65 %), la Grande Bretagne (près de 30%) et la France (moins de 10%)

Le taux de survie est très variable

La législation

Le décret du 4 mai 2007

Publié au Journal Officiel le 5 mai, il a ouvert la porte à une meilleure prise en charge de l’arrêt cardiaque en permettant à chacun, et non plus aux seuls professionnels de santé et secouristes d’utiliser un défibrillateur automatique externe (DAE).

En voici les articles essentiels :

« Art. R. 6311-14. – Les défibrillateurs automatisés externes, […] sont un dispositif médical dont la mise sur le marché est autorisée suivant les dispositions du titre Ier du livre II de la partie V du présent code et permettant d’effectuer :
1° L’analyse automatique de l’activité électrique du myocarde d’une personne victime d’un arrêt circulatoire afin de déceler une fibrillation ventriculaire ou certaines tachycardies ventriculaires ;
2° Le chargement automatique de l’appareil lorsque l’analyse mentionnée ci-dessus est positive et la délivrance de chocs électriques externes transthoraciques, d’intensité appropriée, dans le but de parvenir à restaurer une activité circulatoire. Chaque choc est déclenché soit par l’opérateur en cas d’utilisation du défibrillateur semi-automatique, soit automatiquement en cas d’utilisation du défibrillateur entièrement automatique ; […]
« Art. R. 6311-15. – Toute personne, même non médecin, est habilitée à utiliser un défibrillateur automatisé externe […].»

Pour lire le décret dans son intégralité : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000278696&categorieLien=id

Les autre textes

Le décret de 2007 a été complété par d’autres textes. Les derniers ont été publiés en 2018. Ils concernent l’implantation et la maintenance des DAE et ont fait l’objet d’articles sur notre site :

photo d'un défibrillateur cardiaque automatique externe

L’utilisation par les premiers témoins du DAE dès les premières minutes est un élément essentiel dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque

Qu’en est-il en Déodatie ?

L’implantation des DAE

Le décret du 4 mai 2007 a conduit le club Cœur et Santé de Saint-Dié à lancer le projet Défidéo, porté depuis 2008 par le Pays de la Déodatie et qui a permis installation de près d’une centaine de DAE, dont les derniers en juillet 2018 : https://coeuretsante.deodatie.fr/2018/07/05/remise-de-9-nouveaux-defibrillateurs-dans-le-cadre-du-projet-defideo-le-3-juillet/.

D’autres appareils ont été installés dans des enceintes sportives, maisons de retraites, maisons de quartier, entreprises, commerces, pharmacies… Mais ils ne sont pas accessibles au public 24 h sur 24 ce qui limite leur utilisation. Et toutes les communes sont pas encore équipées ou, en particulier pour les plus importantes, ne le sont qu’insuffisamment.

La formation aux gestes qui sauvent

Si un Français sur deux dit avoir déjà bénéficié d’une formation, seul un sur deux déclare être tout à fait apte à réagir face à un arrêt cardiaque (sondage Croix Rouge-IFOP publié en décembre 2016).

Tableau extrait du sondage

Dans le sondage Croix Rouge-IFOP publié en décembre 2016 seul un Français sur 2 déclare être tout à fait apte à réagir face à un arrêt cardiaque

En ce qui concerne la Déodatie, le Club Cœur et Santé de Saint-Dié, a poursuivi ses actions de formation aux gestes qui sauvent pour le grand public dans de nombreuses communes, en lien avec les mairies et avec ses partenaires (sapeurs-pompiers, organismes de formation au secourisme). A Saint-Dié la prochaine réunion aura lieu le jeudi 16 mai à l’Espace François Mitterrand. Plus d’information et formulaire inscription sur ce lien : https://coeuretsante.deodatie.fr/2019/04/06/formation-gratuite-a-la-prise-en-charge-de-larret-cardiaque-le-jeudi-16-mai/

Des formations lieu également pour les scolaires (chaque année en novembre à Saint-Dié pour les élèves de cours moyen).

En septembre 2018 a été annoncé un plan de formation de tous les collégiens des classes de troisième d’ici 2020 ce qui complétera celle faite en primaires et celle déjà en place dans certains établissements. L’objectif global est de former aux premiers secours 80% de la population française.

En conclusion

Si des progrès importants ont été réalisés, il reste beaucoup à faire pour sauver davantage de personnes victimes d’un arrêt cardiaque. Et comme on pourrait l’écrire sur un bulletin de notes : « en progrès, mais doit mieux faire. »

Et, dans ce combat pour sauver des vies, chacun doit se sentir concerné.

Car les progrès dépendent à la fois du public et des élus.

  • Le public doit se former davantage, en sachant que, comme pour tout apprentissage, pour rester performant, la formation doit être renouvelée à intervalle régulier.
  • Les élus ont aussi la responsabilité d’implanter davantage de DAE accessibles 24 sur 24, car le temps d’accès est un élément essentiel dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque. Et il ne devrait pas dépasser les 3 à 5 minutes.

Affiche de la formation

Le Club Cœur et Santé sur sentiers du Tour du Kemberg

Photo de groupe

Le groupe du circuit vert au départ des Trois Fauteuils vers 10 heures

Le 1er mai, le Club Cœur et Santé a mis « les pieds sous la table » et profité de l’organisation, comme toujours parfaite, du Tour du Kemberg par le Club Vosgien, pour donner rendez-vous à ses membres pour une marche du côté des Trois Fauteuils.

Si chacun était libre de son heure de départ ou du circuit, un départ groupé était proposé vers 10 heures pour le circuit vert. Ce qu’ont choisi la majorité de nos marcheurs, mais d’autres sont partis plus tôt et/ou ont opté pour le grand circuit par les crêtes.

Groupe sur l'ex sentier botanique

La montée vers vers la Roche Saint-Martin à fait batre les coeurs un peu plus vite, mais chacun, à son rythme a pu atteindre le sommet

La première partie des parcours étant commune c’est ensemble que les membres du « groupe de 10 heures » sont arrivés au poste de contrôle du Carrefour Lecoanet (du nom du pédiatre déodatien qui fut l’un des créateurs de la manifestation il y a une cinquantaine d’années).

Ensuite, direction la Roche Saint-Martin avec la montée par l’ex sentier botanique qui constituait la principale difficulté du circuit vert. Mais, chacun à son rythme a pu atteindre le sommet et bénéficier du magnifique point de vue sur la vallée de la Meurthe.

Le groupe au pies de la grosse roche en grès rose des Vosges

Pause au pied de la Roche Saint-Martin

A partir de la roche, pour le groupe qui avait choisi le circuit vert, il n’y avait plus qu’à se « laisser descendre » jusqu’au Trois Fauteuils tout en profitant encore de la beauté de la nature et des paysage sur la vallée et la ville de Saint-Dié.

Photo d'une partie des marcheurs

Le soleil, le vert tendre des jeunes pousses de feuillus et le chant des oiseaux. Lendroit idéal pour une petite pause peu après la Roche Saint-Martin

A leur retour, Michel Antoine s’est vu remettre par le président du Club Vosgien, Claude Joannès, la coupe du groupe le plus nombreux avec 36 participants.

Photo de la remise de la coupe

Remise de la coupe du groupe le plus nombreux au Club Cœur et Santé

Rendez-vous a été pris avec le Club Vosgien pour l’édition 2020, mais pour le club les prochaines marches auront lieu le 15 mai autour du lac de la Plaine à Celles sur Plaine, puis sur les hauteurs du Col du Plafond pour le Parcours du Cœur d’Anould le dimanche 19 mai.