Archive - mars 2019

La saison définitivement lancée pour les cyclistes du Club Cœur et Santé

Photo du groupe devant la fontaine

Traditionnelle halte près de la fontaine de Bertrimoutier

Alors que la première sortie en vélo avait eu lieu le 28 février, les conditions météorologiques avaient conduit à l’annulation des deux suivantes.

Mais ce jeudi le groupe des cyclistes du Club Cœur et Santé a pu se retrouver sous un soleil radieux sur les routes de la Déodatie, plus précisément dans la vallée de la Fave, en empruntent la route « panoramique qui passe par Bertrimoutier et Combrimont.

L’année 2019 : outre la sortie du jeudi matin, parfois avancée au mercredi en fonction du calendrier des autres activités du club, plusieurs temps forts sont prévus pour cette saison :

 

Sortie « vélo et culture » à Ban-sur-Meurthe-Clefcy et Fraize le 11 juillet

Le Groupe des 13 cyclos

Le 4 octobre 2018 sur la voie verte à Anould, lors de la randonnée vers Ban-sur-Meurthe-Clefcy

Pour cette première randonnée vélo de la journée de l’année 2019, le club Cœur et Santé se rendra dans la vallée de la Haute Meurthe.

Le programme

  • Départ de Saint-Dié à 8 heures en direction d’Anould par la rive droite de la Meurthe ‘Sainte-Marguerite, Saulcy, puis , à partir d’Anould vers Ban-sur-Meurthe-Clefcy en empruntant la voie verte,
  • Visite de la scierie du Lançoir le matin,
  • Pique-nique sur place,
  • Départ pour Fraize après le repas, en reprenant la voie verte,
  • Concert d’orgue par Antonin Bourdon (à l’église Saint-Blaise de à Fraize),
  • Retour à Saint-Dié par la voie verte jusqu’à Saint-Leonard puis par le route sur la rive droite de la Meurthe.

Le Lançoir

C’est un haut-fer hydraulique datant de 1850.

Photo de La scierie du Lançoir

La scierie du Lançoir (source : office de Tourisme de Saint-Dié)

La visite guidée (1 h environ) aborde la vie des Sagards, ces gens de la montagne vivant en autarcie. On interpelle le visiteur sur l’ingéniosité des hommes à utiliser la force hydraulique. Lorsque la lame du Haut-Fer mord le bois, on touche du doigt le lien qui unit intimement le savoir-faire des hommes, l’eau et la forêt.

Le sagard… et sa scierie

Propriété des Ducs de Lorraine, puis de l’État Français, gérée par les Eaux et Forêts la scierie fonctionne jusqu’au 12 mai 1953, date à laquelle elle est mise en vente considérée comme non rentable.

René DURAND, dernier des sagards – le nom vosgien des scieurs –, se porte acquéreur alors, et remporte les enchères ; il sciera à son compte jusqu’en 1963.

C’est en 1992 que Jean et Yvette DURAND, héritiers de la scierie, s’entourent de passionnés et fondent l’association du Lançoir (loi 1901). Des projets de restauration en autofinancement sont mis en place, des lycéens du lycée professionnel de Georges-Baumont de Saint-Dié-des-Vosges réparent la turbine, des scouts ardéchois aménagent le jardin. Le Lançoir rejoint le « réseau force hydraulique » du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges et bénéficie de l’aide précieuse de ce dernier ; en 1997 la scierie est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Jean Durand et son équipe de bénévoles organisent des visites, expliquent la particularité des lieux dont le pierrier d’où les grumes pouvaient être lancées vers la scierie jusqu’en 1950, (d’où le nom de scierie du Lançoir), montrent le fonctionnement hydraulique et le sciage grâce au haut-fer, le tout agrémenté de très nombreuses anecdotes et apports historiques.

Hélas, immobilisé en octobre 2004 par d’importants problèmes de santé, Jean Durand ne peut plus assurer les visites. Les bénévoles de l’association se relayent.

La scierie est ensuite reprise par la communauté de communes de la Haute Meurthe en janvier 2007, qui rejoindra en 2014 la communauté de communes de Saint-Dié puis celle d’agglomération en 2017 (source : Office de Tourisme de la Communauté d’agglomération de Saint-Dié).

L’orgue de l’église Saint-Blaise de Fraize

La présence d’un orgue est attestée dés le XVII° siècle. Ce premier instrument fut détruit lors de l’incendie de l’église en 1782. Un nouvel orgue fut installé en 1785. Il a été vraisemblablement construit et offert par François Cuny, établi à Strasbourg de 1788 à 1791 et qui fut actif surtout dans le pays de Bade. Il eut pour élève Blaise Chaxel, originaire de Fraize, qui s’installa également dans le pays de Bade. L’orgue fut vendu vers 1790 à Jean Baptiste Flayeux et à Jean Baptiste Salmois, mais on ignore si l’instrument fut démonté. Il est probable qu’Augustin Chaxel, frère de Blaise, y ait travaillé. En tout cas l’instrument fut sinistré par la foudre le 11 mai 1851.

Photo de l'otrgue installé dans la tribune de l'église

Après restauration, l’orgue a été inauguré le 14 octobre 2018

Claude Ignace Callinet facteur à Rouffach, construisit un nouvel orgue de huit pieds et de 19 registres, pour la somme de 6 000 francs. Il fut inauguré en 1852. La maison Jaquot-Jeanpierre & Cie de Rambervillers effectua des travaux en 1894. Les claviers furent entièrement renouvelés, la soufflerie transformée et la composition remaniée. La tuyauterie fut réharmonisée par VALTER et l’instrument fut posé sur une nouvelle tribune dessinée par l’architecte Cariage de Saint-Dié. Un dispositif transpositeur fut également installé sur la demande de l’organiste, ce qui eut pour résultat de modifier la mécanique de Callinet et de rendre la traction plus dure.

En 1925, l’orgue fut à nouveau transformé par la maison Jaquot : réparation de la soufflerie, relevage de l’orgue, pose d’une boite expressive et de deux pédales d’appels. Si l’instrument n’a plus été transformé depuis cette date, il a été l’objet d’outrages de la part d’un “accordeur” vosgien qui malmena et déchiqueta littéralement la tuyauterie. Si certains jeux de fond sont encore les témoins du savoir-faire de Callinet, d’autres jeux n’ont plus rien à voir avec l’harmonie de Callinet.

L’orgue de l’église Saint-Blaise est un monument du patrimoine fraxinien. C’est en voulant le préserver, le faire connaître et lui donner une nouvelle dimension culturelle que l’association « La Costelle », association qui s’est donnée pour mission la préservation de notre patrimoine, a interpellé et épaulé la municipalité dans ce projet.

Aujourd’hui, l’orgue Callinet-Jaquot de l’église Saint-Blaise de Fraize est un orgue classé par arrêté du Ministère de la Culture en 2014.

Après 17 mois de travaux réalisés par la Manufacture des Grandes Orgues de Rambervillers (qui a pris la suite de Jaquot-Jeanpierre et Cie), l’orgue a été inauguré le 14 octobre 2018 avec un concert de François Ménissier professeur d’orgue à Rouen, titulaire du grand orgue Clicquot de l’église Saint-Nicolas des Champs à Paris et conservateur de l’orgue renaissance de Mont-Saint-Aignan en Seine Maritime.

Sources : Orgues en Vosges, Fondation du Patrimoine et association La Costelle (pour tout savoir sur l’église : https://www.lacostelle.org/monument_eglise.php)

Le Club Cœur et Santé participera à la première étape de la Psycyclette le mercredi 12 juin 2019

Groupe de cyclistes

Arrivée des Psycyclistes au Col des Arrentès lors de l’édition 2018 (Photo : Bernard Blum)

Comme l’an dernier, le Club Cœur et Santé a été contacté par Mme Francine Legros, vice-présidente départementale de l’Unafam pour participer à la  Psycyclette 2019.

Arrivée à Saint-Dié le 19 juin 2018, cette randonnée cyclo-touristique partira de notre ville le mercredi 12 juin 2019 en direction de Montpellier.

La Psycyclette est

  • une manifestation de cyclotourisme organisée par l’Unafam (Union Nationale de Familles et Amis de personnes malade et/ou handicapés psychiques),
  • un Tour de France contre les idées reçues,
  • un défi audacieux : traverser la France à vélo en faisant participer des personnes vivant avec des troubles psychiques, des soignants, des bénévoles de l’Unafam et des cyclotouristes avertis.

Cette année, 3 parcours sont proposés par le « maître de cérémonie » de cette manifestation, Michel Lacan de Toulouse :

  • Saint-Sébastien-de-Morsent (27) – Le Mont-Saint-Michel (50) du 16 au 21 juin, avec 336 km en 6 étapes,
  • Saint-Dié-des-Vosges (88) – Montpellier (34) du 12 au 19 juin, avec 905 km en 8 étapes,
  • Sisteron (05) – Gap (05) du 17 au 22 juin, avec 309 km en 6 étapes.
  • Les deux derniers parcours se croiseront en Avignon le 18 juin 2019, le temps d’une soirée festive.

Il a été convenu que des cyclistes du Club Cœur et Santé accompagneront le groupe pour le début de la première étape Saint-Dié-Belfort, vers le col du Surceneux, situé entre Ban-sur-Meurthe-Clefcy et Xonrupt-Longemer.

Le départ est fixé le 12 juin à 8 heures à la Maison familiale de La Bolle.

Photo du Groupe

Pause à Taintrux pour les membres du Club Cœur et Santé le 19 juin 2018 lors de leur première participation à la Psycyclette

Le trajet aller se fera vers Anould par la rive droite de la Meurthe puis vers Ban-sur-Meurthe-Clefcy avant la montée progressive vers le défilé de Straiture pour se terminer éventuellement au col, avec un final plus pentu. Le retour vers Saint-Dié se fera par le même chemin, sauf entre Ban-sur-Meurthe et Saint-Léonard où nous emprunterons la voie verte.

Cette sortie sera un aperçu de sortie de la journée du 12 juillet  durant laquelle il est une visite de la scierie hydraulique du Lançoir située au début du défilé de Straiture, avec pique nique sur place, puis un concert d’orgue à Fraize en début d’après midi.

Du fait de cette participation à la Psycyclette, la sortie vélo du jeudi 13 juin est annulée.

Tableaux avec les distance et dénivelé entre Saint-Dié et le col du Surceneux

Exposition « Femmes de cœur, cœurs de femmes » à KAFÉ jusqu’au 22 mars

Photo de l'exposition

L’exposition photographique de Loïc Trujillo, réalisée pour la Fédération Française de Cardiologie au CHU de Lille et intitulée « Femmes de cœur, cœurs de femme » est à KAFÉ-MPES (Maison de la Prévention et de l’Education à la Santé, 7 Avenue Jean Jaurès à Saint-Dié) jusqu’au 22 mars. Ouverture du lundi au jeudi 8 h à 12 h et de 14 h à 18 h et le vendredi de 8 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

Elle porte un regard empreint d’humanité sur les femmes dans un centre cardiologique, qu’elles soient soignantes ou patientes.

Proposée dans le cadre de la Journée Internationale des droits des femmes, elle sera ensuite visible dans le hall de l’hôpital Saint-Charles à partir du samedi 23 mars avant d’entreprendre une « tournée » dans les différents hôpitaux de la communauté d’établissement de la Déodatie. D’autres installations sont prévues dans différentes communes du territoire.

Pour en savoir plus sur l’exposition : https://coeuretsante.deodatie.fr/2019/02/22/lexposition-femmes-de-coeur-coeurs-de-femmes-en-deodatie-du-25-fevrier-au-30-juin/