Archive - novembre 2019

Michel Antoine honoré par la FFC

Michel Antoine a reçu ce 15 novembre la médaille de nationale de la Fédération Française de Cardiologie (FFC)

Discours de remerciement de Michel Antoine, tenant sa médaille.
La cérémonie a eu lieu à Paris à l’occasion des Journées Nationales de la FFC qui réuni les responsables des régions et des clubs Cœur et Santé.

Cette distinction vient récompenser 11 années d’engagement au sein du Club Cœur et Santé.

Ayant adhéré en 2008 au club de Saint-Dié qu’il a rencontré en réadaptation cardiaque, il intègre rapidement le bureau dont il est actuellement le vice-président.

Au départ d’Albert Schwebel en  2010, il prend la responsabilité des marches, puis en 2012, après une formation à Metz, il lance la marche nordique.

Bénévole polyvalent, il est responsable de plusieurs activités physiques avec l’organisation et la reconnaissance des circuits ainsi que leur encadrement : marches, marche nordique, sorties raquettes et sorties chamois. Il participe également à l’encadrement des sorties en vélo.

Il est aussi très impliqué dans l’organisation des Parcours du Cœur, de la Marche du Cœur, des sessions de formation aux gestes qui sauvent pour les scolaires ainsi que celles pour le grand public à Saint-Dié et, dans le cadre du projet Défidéo, dans les communes environnantes.

Habile de ses mains, il assure l’entretien du matériel du club et en particulier la réparation des mannequins mini Anne, utilisés pendant les formations aux gestes qui sauvent :

Michel Antoine, réparant une mini-Anne

Pour compenser cette hyperactivité physique, il passe plusieurs heures par semaine devant son ordinateur en tant que rédacteur des circulaires à l’intention des adhérents et co-rédacteur du site Internet du Club.

Il assure la permanence hebdomadaire du club chaque lundi et avec d’autres membres du club, il va à la rencontre des cardiaques en réadaptation à l’hôpital.

En résumé, Michel est un homme de cœur, fédérateur au sein du club Cœur et Santé de Saint-Dié. Il sera fêté comme il se doit lors de la prochaine assemblée du club le jeudi 5 décembre.

le 14 novembre, sortie mémorielle au col de la Chipotte pour les cyclotouristes du club

Devant le monument de la deuxième brigade coloniale érigé en 1917 et situé quelques centaine de mètres avant le sommet du col

La sortie vélo du 14 novembre a conduit un groupe cyclotouristes à la nécropole militaire du club au col de la Chipotte, à quelques jours de la commémoration du 11 novembre.

Cette randonnée vélo d’une quarantaine de kilomètres était la première de la saison nécessitant de bien s’habiller, car elle s’est déroulée par un temps frais, mais sans pluie, en dehors de quelques gouttes lors de retour du col de la Chipote.

Le col de la Chipotte culmine à 458 m

Après une pause bien méritée devant le monument de la deuxième brigade coloniale érigé en 1917 et situé quelques centaine de mètres avant le sommet du col, le groupe s’est dirigé vers la nécropole de Saint-Benoît La Chipotte implantée au cœur de la forêt domaniale de Rambervillers où reposent 1899 corps de soldats français.

Le col a été le lieu de combats entre le 26 août et le 12 septembre 1914 (bataille de la Mortagne). Le col est surnommé « LeTrou de l’Enfer ou Le Trou de la Mort». Le nombre des soldats français et allemands tombés au cours de ces combats est encore méconnu.

Dans la nécropole reposent les corps des militaires français tombés dans le secteur et, depuis 1924, dans ceux de Sainte Barbe, de Ménil, du Bois de la Pêche, de la Forêt de Chaumont et d’Autrey et des communes environnantes. On compte 1066 stèles individuelles et deux ossuaires dans lesquels reposent les restes de 828 soldats (563 dans l’un deux et 265 dans l’autre).

Le monument de la 86ème brigade de chasseur

A proximité de la nécropole, à quelques mètres de l’entrée en direction de Saint-Benoît La Chipotte, se trouve le monument de la 86ème brigade de chasseurs. Financé par une souscription auprès des militaires de la 86ème brigade de chasseurs, il est l’oeuvre de militaires affectés dans le secteur : les architectes Emmanuel et Amédée Cateland et le sergent Ramos du 259 régiment d’artillerie, qui en est le sculpteur.

Pour en savoir plus : http://www.paysages-et-sites-de-memoire.fr/site/la-chipotte/

Marche du 3 novembre sous un ciel chagrin

Photo du groupe au départ de la Bourgonce

Les participants tout sourire, pas impressionnés par les prévisions météo du jour

Malgré une météo douteuse, qui a certainement dû en décourager quelques-uns, c’est tout de même un groupe d’une vingtaine  de marcheurs  qui a participé à cette sortie dominicale au départ de la Bourgonce.

Comme à l’habitude, deux parcours étaient proposés avec un départ en commun sur 1,5 km.

Les distances parcourues ont été de 6 km pour la marche à allure modérée sans difficulté et de 8,5 km pour le circuit au profil plus dynamique.

Photo des marcheurs

Le bonheur de marcher et de partager, le leitmotiv du randonneur

Les parcours ont été rythmés par des passages sur petite partie goudronnée et chemins forestiers en direction de la Vère  Martin, et Froide Fontaine pour la petite marche et le chemin de la source Bernard en direction du Haut de Thoné pour le grand circuit.

Alerte pluie, les marcheurs s'équipent

Alerte pluie !

A mi-parcours, quelques gouttes de pluie sont venues nous taquiner un court instant, juste pour vérifier si tous avaient bien prévu de quoi s’en protéger.

En fin de compte, la météo capricieuse n’a pas gâché cette sortie automnale.

Rien de plus agréable qu’une balade pour s’oxygéner et pour certains, cela a été l’opportunité et, c’est bien la saison, de cueillir au hasard de la marche quelques champignons ou pour le photographe d’immortaliser différentes espèces la pluie de ces derniers jours ayant favorisé leur développement.

Prochaine marche  le dimanche 24 novembre 2019

3 champignons : le bolet et les mortelles amanites tue-mouche et phalloïde