Archive - décembre 2019

Boissons et pathologies cardiovasculaires

Boire est-il mauvais pour la santé de votre cœur ?
La période des fêtes a été propice à une consommation de boissons diverses et variées : alcool, café, thé, eaux minérales…
Si cela est bon pour la convivialité, qu’en est-il pour notre santé?
Ces boissons ont un impact sur les maladies cardiovasculaires : infarctus, troubles du rythme cardiaque, hypertension artérielle et insuffisance cardiaque.
.

Les arythmies cardiaques

D’une manière générale, leur mécanisme de survenue n’est pas toujours complètement connu, mais pour la fibrillation auriculaire on a étudié l’impact de l’alcool, du café, du thé et des boissons énergisantes.

Où trouve-t’on 10 grammes d’alcool? (source : Pr Yves Juillière)

Ainsi, la consommation de 3 verres d’alcool par jour chez les hommes et 2 verres chez les femmes augmente le risque de FA. Des épisode paroxystique ont été décrit après des consommation excessives durant les weekend ou à l’occasion des vacances (« hollidays heart syndrome » des anglo-saxons).

La consommation de caféine en quantité modérée est associée à une moindre survenue de FA, mais les symptômes de FA peuvent être plus ressentis avec la caféine.

Tasse de caféQuelques observations suggèrent que le thé (en particulier le thé vert) pourrait être bénéfique sur les arythmies auriculaires. Il a aussi des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, pouvant réduire la fibrose atriale source de FA. Le thé a également un effet favorable sur les arythmies ventriculaires.

De consommation plus récente, les boissons énergisantes contiennent souvent plus de caféine que le café et augmentent donc les risque d’autant qu’il entre dans leur composition d’autres produits pro-arythmiques (guarana qui contient de la caféine et de la théophilline, ginseng, yohimbine et éphédra) et qu’il y a souvent une consommation associée d’alcool et de drogues illicites. Un effet pro-thrombotique a également été signalé.

Composition d'une boisson énergisante

Boissons énergisantes ; déconseillées chez les cardiaques

Les trois-quarts des patients ayant consommé 2 boissons énergisantes ou plus ont signalé des palpitations dans les 24 h suivantes, contre 12 % seulement des consommateurs occasionnels. On a ainsi décrit la survenue de fibrillation auriculaire, d’extrasystolie et de tachycardie ventriculaires, et même d’arrêts cardiaques par fibrillation ventriculaire.

C’est pourquoi, des sociétés savantes recommandent aux patients porteurs d’une maladie cardiovasculaire de ne pas en consommer et indiquent qu’une consommation pluriquotidienne peut être nocive, même chez les personnes en bonne santé.

L’infarctus

Des études ont montré que la consommation de boissons alcoolisées à faible dose avait un effet bénéfique sur la survenue des thrombose (effet anti-agrégant plaquettaire), mais à notre connaissance, il n’y a pas eu de comparaison avec les médicaments tels que l’aspirine ou les autres antiplaquettaires.

L’hypertension artérielle

La consommation modérée d’alcool semble avoir un effet bénéfique mais, si on augmente sa consommation, il y a un effet délétère.

Photo d'un tensiomètre

La consommation de boissons salés doit rester modérée chez les hypertendus

L’insuffisance cardiaque

Les eaux minérales salées (plus de 50 à 80 mg de sodium par litre) sont déconseillées aux insuffisants cardiaques, d’autant que la période des fêtes est l’occasion d’une alimentation plus salée (huîtres, foie gras, charcuteries, biscuits à apéritifs, plats cuisinés….).

Alcool et maladies cardio-vasculaire : l’explication du paradoxe français ?

Le paradoxe français : on a constaté qu’avec des niveaux de facteurs de risques équivalents à ceux d’autres pays les  Français font moins d’infarctus que les autres. On a avancé l’effet bénéfique du vin, en particulier du rouge, pour expliquer cette différence.

Que disent les études ?

Il y a un effet bénéfique sur le taux de bon cholestérol et sur la formation des caillots, de plus il a été noté un effet positif des polyphénols sur l’endothélium des artères (couche interne de leur paroi qui est une véritable « usine chimique » qui secrète des hormones). Rôle également favorable dans l’insuffisance cardiaque.

Globalement, amélioration de la santé cardiovasculaire et augmentation de la survie.

Mais …

… c’est seulement avec 1 à 2 verres d’alcool par jour.

L’opération Janvier « Mois sans alcool » qui était initialement prévue par Santé Publique France a été annulée sous la pression du lobby alcoolier et de l’Élysée. Cependant, les associations se sont mobilisées autour du « Défi de janvier » qui aura lieu en janvier 2020 sans aucun soutien de l’état (communiqué de la Société Française d’Alcoologie).

 

Sources : article du Pr Laurent Fauchier (cardiologue au CHU de Tours) paru dans la revue « Cardiologie Pratique » le 19 novembre 2019 et d’un diaporama du Pr Yves Juillière (CHU de Nancy) mis en ligne sur le site de la Société Française de Cardiologie en 2016.

La saison 2019 de vélo est terminée

La dernière sortie de l’année 2019 a conduit les cyclistes vers Ban-sur-Meurthe par un temps ensoleillé

La saison 2019 de vélo s’est terminée avec la sortie du 19 décembre.

La reprise aura lieu en mars ou avril, voire en février comme cette année, si la météo le permet.

Rien ne vous empêche de continuer à faire du vélo à votre rythme si le temps est propice. Ne serait-ce que pour aller acheter votre pain comme vous y incite la publicité ci-dessous !

Ancienne affiche publicitaire (source inconnue)

Quelques chiffres sur la saison 2019

Pour cette troisième année de cyclotourisme, le Club Cœur et Santé a organisé 36 sorties. La météo, essentiellement les forts vents, mais aussi la canicule ont conduit à en annuler 8.

La sortie vers le Lançoir le 11 juillet

Une trentaine de personnes y ont participé, avec une moyenne de 15 personnes à chaque randonnée, avec un maximum de 27 lors de la sortie de juillet vers Fraize et la scierie du Lançoir.

Pour ceux qui aiment les chiffres, les membres du groupe ont parcouru cette saison un total de près de 25 000 km.

Le temps fort de la saison a été la randonnées de trois jours sur l’EuroVélo 6 en septembre et avec l’entrainement les participants ont pris goût à monter, à leur rythme, certains cols de la région de Saint-Dié.

Le groupe sur l’EuroVélo 6 peu avant Baume les Dames le 12 septembre 2019

L’expérience sera renouvelée l’an prochain la première quinzaine de septembre avec comme terrain de randonnée, la véloroute 50, Charles le Téméraire, qui longe le canal des Vosges.

Il est également envisagé une semaine cycliste en Catalogne, fin septembre-début octobre. Ce séjour séjour également ouvert aux membres non-cyclistes du club Cœur et Santé.

Rappelons que cette activité est ouverte aux vélos classiques mais aussi à ceux à assistance électrique, sans esprit de compétition. Elle a lieu le jeudi matin avec plusieurs sorties de la journée durant l’été.

Pour en savoir plus sur les sorties du jeudi et sur les randonnées de plusieurs jours de septembre et octobre, vous pouvez utiliser le formulaire de contact ci dessous.

Assemblées annuelles de Cœur et Santé et Cœur en Marche

86 personnes étaient présentes lors de cette assemblée (Photo : Nicolas Bourdon)

Petit rappel : pourquoi Cœur et Santé et Cœur en Marche ?

Lorsqu’ils adhérent au club Cœur et Santé, ses membres le font aussi à Cœur en Marche.

Cette particularité qui n’est pas évidente à comprendre au premier abord est en fait la conséquence des statuts de Cœur et Santé qui est une antenne de l’Association de Cardiologie de Lorraine (ACL) qui appartient quant à elle à la Fédération Française de Cardiologie (FFC). Cette dernière qui est reconnue d’utilité publique, et qui vit de la générosité du public, a cinq missions sociales qui sont aussi celles des 21 associations régionales et de leurs 263 clubs Cœur et Santé :

  • Prévention des maladies cardiovasculaires par l’information et les actions d’éducation auprès du public,
  • Promotion et financement de la recherche cardiologique,
  • Incitation à la formation aux gestes qui sauvent,
  • Aide à la réadaptation et à la réinsertion des cardiaques,
  • Coordination des actions des association régionales.

Comme on le voit, n’apparaissent pas dans ces misions sociales les activités conviviales au bénéfice des membres des clubs Cœur et Santé. Ce point avait été soulevé il y a une quinzaine d’années par l’Inspection Générale des Affaires Sociales, même si ces actions étaient financées par les adhérents des clubs.

Pourtant, la convivialité c’est bon pour le cœur. Afin de pouvoir organiser des actions allant dans ce sens (visites, voyages, repas…), l’association Cœur en Marche a été créé le 30 juin 2005.

La présidente entourée du bureau et de l’adjointe aux affaires sociales (Photo : Nicolas Bourdon)

Assemblées générales de Cœur en Marche et réunion annuelle de bilan de Cœur et Santé

Elles ont eu lieu le jeudi 5 décembre à la Tour de la Liberté sous la présidence d’Annie Thirion et en présence de Françoise Legrand, l’ajointe aux affaires sociales de la ville. Elles ont réuni 86 des 170 adhérents à jour de cotisation au 5 décembre.

La soirée a débuté par une minute de silence en mémoire de deux membres disparus cette année, Yvette Mercier et Jean-Noël Perrin.

Une Assemblée Générale Extraordinaire de Cœur en Marche a suivi avec pour objet des modifications des statuts. Les différentes propositions ont été adoptées à l’unanimité.

Les rapports moral et financier ont ensuite été présentés par Annie Thirion, présidente, et Jean-Paul Besombes, trésorier, et adoptés à l’unanimité.

Ensuite a eu lieu l’élection de deux membres au CA : Marie-Reine Kosniewski et Jean-Claude Wolff ont été élus à l’unanimité.

Au centre, les deux nouveaux membres du CA de Cœur en Marche lors du verre de l’amitié (Photo Michel Hadet)

Le rapport d’activité commun  aux deux associations a été présenté par Michel Antoine, vice président sous forme d’un diaporama, complété par une vidéo de Daniel Pierre sur la randonnée en vélo sur l’EuroVélo 6.

Jean-Louis Bourdon a présenté l’actualité de la FFC et de l’ACL.

Puis les résultats de l’enquête réalisée en décembre et janvier auprès des adhérents ont été détaillés ainsi que les temps forts de l’année à venir.

Le bureau a remercié les bénévoles qui se sont investis tout au long de l’année (Photo : Jean-Claude Wolff)

Enfin, les bénévoles ont été mis à l’honneur. Ils représentent plus de la moitié des adhérents (85 personnes en 2018-2019) et ont « donné » en 2018-2019 plus de 4 000 heures. Les principaux domaines concernent les Parcours du Cœur (850 h), les Gestes qui sauvent (370 h), les Activités  physiques adaptées (831 h) et la gestion du club et la communication (960 h).

Les 3 médaillés de l’année (Photo Michel Hadet)

Parmi tous ces bénévoles, trois ont été honorés pour les médailles qu’ils sont récemment reçues de la part de l’ACL (Denise Dombrat et Jean-Paul Besombes) et de la FFC (Michel Antoine).

La soirée s’est achevée autour du verre de l’amitié.

Le verre d’amitié a clôturé la soirée (Photo : Jean-Claude Wolff)

Journées nationales de la Fédération Française de Cardiologie 2019 : la journée du samedi 16 novembre

Journées FFC 2019-Réunion plénière du samedi matin

Cette deuxième journée a été consacrée à des réunions plénières le matin et à des ateliers participatifs l’après midi qui ont permis aux représentants des clubs de rencontrer les salariés de la FFC pour leur poser des questions pratiques ou commander de la documentation.

Cet article revient sur les séances plénières.

Première réunion plénière : « Construisons ensemble la FFC des cinq prochaines années ! »

Le Pr Alain Furber, président de la FFC, a présenté ses grandes orientations pour la FFC.

  • Mise en place d’une commission d’éthique,
  • Poursuite des actions ce ces dernières années,
  • Mise en place de salariés « coordinateurs de région » dans toutes les régions d’ici 2021,
  • Création d’une plate forme « web et régions » pour les associations, les clubs Cœur et Santé, les cardiologues et les bénévoles,
  • Amélioration de la communication entre les régions et les clubs en particulier en ce qui concerner leurs finances,
  • Création de « patients experts »,
  • Mise en place de référents dans tous le centres de réadaptation,
  • Renforcement de l’aide à la recherche cardiologique.

Pour 2020, les campagnes de la FFC seront les suivantes :

  • Arrêt cardiaque,
  • Urgences cardiovasculaires : infarctus, et accident vasculaire cérébral.
  • Parcours du Cœur : développement des Parcours du Cœur scolaires, partenariat avec le Comité Olympique Paris 2024, modules de dépistage des facteurs de risques cardiovasculaire pour les Parcours du Cœur.
  • Jeunes : tabac, sédentarité et activité physique.

Le Pr Gérad Helft, président de la commission des gestes qui sauvent, a fait le point sur la prise en charge de l’arrêt cardiaque montrant en  particulier les données concernant la survie de la victime selon que les témoins ont utilisé ou non un défibrillateur : il existe une différence importante du taux de survie : 13,5 % des victimes sont en vie à un mois si un DAE a été utilisé contre 5,1% s’il n’a pas été utilisé. Les victimes sont dans 75% des cas porteuses d’une maladie coronarienne, connue ou non.

Des actions vont être mises en place avec la Direction Générale de la Santé au premier semestre 2020. L’objectif est d’arriver à un taux de survie global de 10% et un recensement fiable de 75% des DAE installés.

La FFC a tenu a remercier tous ses donateurs qui lui permettent de mener ses actions.

Le Pr Daniel Thomas a ensuite fait un exposé sur « Sevrage tabagique et vapotage« .

Il a rappelé que 22% des déçès imputables au tabac sont d’origine cardiovasculaire. Le risque d’infarctus est multiplié par 3, celui de l’AVC par 1,75, celui de l’anévrisme de l’aorte abdominale par par 3,5…

Il a souligné que le vapotage était moins dangereux que la cigarette, mais qu’il s’agit d’un produit non univoque et évolutif dans le quel les cigarettiers se sont beaucoup investis (70% du marché aux USA) et dont la dernière génération comporte des sel de nicotine très addictif et dont le effets à long terme sur la santé ne sont pas bien connus et qui devient un produit d’entrée dans le tabagisme et qu’il devrait être interdit de vente aux mineurs.

Enfin, il a indiqué qu’il ne fallait pas confondre vapoteuse et tabac chauffé, produit avec lequel l’industrie du tabac voudrait remplacer la cigarette.

Plus d’information sur le site de l’Alliance contre le tabac : https://alliancecontreletabac.squarespace.com/informations/#dernieres-publications

Seconde plénière « Des chercheurs engagés au service de notre cause ».

La commission « Recherche » et les modalités d’attribution des bourses ont été présentées. Pour 2020, ce sont plus de 3,2 millions d’€ qui seront attribués.

Ensuite, le Dr Hélène Hergault du CHU Ambroise Paré de Boulogne Billancourt a présenté les résultats d’une étude financée par la FFC et consacrée à la « Répartition des facteurs de risques cardiovasculaires en fonction du quartier d’habitat« .

Elle a montré à partir d’une cohorte de près de 7 889 personnes du département des Hauts de Seine suivies entre 2010 et 2018 que les populations des quartiers défavorisés ont un taux de diabète 3,2 fois plus plus élevé. Les risque d’obésité et d’hypertension sont également plus élevés (respectivement multipliés par 1,8 et 1,3). Et ces risques sont plus importants chez les femmes. Par contre il n’y a pas de différence en ce qui concerne le tabagisme et le taux de cholestérol.

Parmi les pistes proposées : cibler ces populations pour le dépistage de ces maladies et pour les actions de la FFC (Parcours du Cœur…).

Troisième plénière : « Les Parcours du Cœur, notre légitimité et notre force ».

Les Parcours du Cœur sont la plus grande opération de prévention-santé organisée en France.

A côté des parcours grand public et des parcours scolaires, ceux organisées en entreprise se développent, même s’ils sont moins nombreux que les précédents.

Quelques chiffres :

  • grand public : 1297 parcours dont 59 en Lorraine (4ème région, loin derrière le Nord-Pas de Calais et ses 499 parcours) avec 240 087 participants (+ 32% par rapport à 2018),
  • scolaires : 2 888 établissements, 16 454 classes (737 en Lorraine) et 493 620 enfants (+19,6%),
  • entreprises : 146 parcours (+ 34%) pour 58 entreprises. Cela concerne essentiellement de grands établissements.

L’édition 2020 aura lieu du 21 mars au 1er juin. A Saint-Dié : parcours scolaire le jeudi 2 avril et parcours grand public le dimanche 5 avril.

Les données de l’étude Esteban sur l’activité des 3-17 ans réalisée en 2015 ont été présentés à cette occasion :

  • seuls 28% des garçon et 18% des filles pratiquent les 60 minutes d’activité quotidienne recommandées,
  • 41% passent plus de 2 heures par jour devant un écran,
  • seuls 30% des 11-14 ans sont actifs pour aller vers l’école (26% à pied et 4% en vélo).

 

Click to access the login or register cheese