Histoire du Club Cœur et Santé de St-Dié. Chapitre 1 : la création du Club et ses premières années

La Fédération Française de Cardiologie

Fondée le 13 août 1964, elle lutte depuis plus de 50 ans contre les maladies cardio-vasculaires, seconde cause de mortalité en France avec environ 150 000 décès par an.

La FFC est présidée de 1973 à 1981 par le Pr Gabriel Faivre de Nancy.

Reconnue d’utilité publique depuis 1977 et en 2020 elle comporte actuellement 27 Associations régionales et 263 Clubs Cœur et Santé qui regroupent plus de 17 000 membres et sont présidés par un animateur et parrainés par un cardiologue.

Le premier Parcours du Cœur a eu lieu le 9 mars 1975 à Dunkerque, il s’appelait alors le Cross du Cœur. En 1977, cette manifestation devenait nationale.

Les associations régionales et les clubs sont créés en 1974.

Un concours de dessin sur le tabagisme est organisé tous les deux ans depuis 1976 pour les enfants de cours moyens.

la Fédération Française de Cardiologie s’appelait initialement Fédération Nationale de Cardiologie, comme indiqué sur l’affiche ci-dessous éditée pour la campagne contre le tabac et utilisée par le club de Saint-Dié lors de son action auprès des scolaires en 1980.

L’affiche sur le tabac de la Fédération Nationale de Cardiologie et du Comité National Contre le Tabagisme

Les Gestes qui sauvent ont été lancés en 1994.

Ses ressources initiales provenaient de la vente de la Carte du Cœur. Les dons et legs en représentent actuellement 98%.

Carte du Cœur 1986 (source : INA)

Le 22 avril 2020, elle a obtenu le label Don en Confiance qui vient confirmer ses engagements et son sérieux.

Le label Don en Confiance est délivré par l’organisme du même nom qui veille à ce que les dons reçus par les associations soient bien utilisés.

Il est basé sur 4 grands principes :

  • transparence,
  • recherche d’efficacité,
  • probité et désintéressement,
  • respect des donateurs et de leur volonté.

Les missions de la FFC

  • Prévention des maladies cardiovasculaires.
  • Accompagnement des malades cardiaques.
  • Promotion des gestes qui sauvent.
  • Coordination des Associations régionales et Clubs.
  • Financement de la recherche cardiologique

La FFC est présidée depuis près d’un an par le Pr Alain Furber, cardiologue au CHU d’Angers qui a succédé au Pr Claire Mounier Véhier de Lille.

L’Association de Cardiologie de Lorraine

L’Association de Cardiologie de Lorraine (ACL) a été crée le 22 mai 1974 par le Pr Gabriel Faivre auquel a succédé le Pr Jean-Marie Gilgenkrantz en 1984, puis le Pr Etienne Aliot, son actuel président, en 1997.

C’est actuellement la plus importante des associations régionales avec 21 clubs et près de 2400 adhérents.

Parmi les premiers clubs créés, on note Thionville, Épinal et Pont-à-mousson en 1976.

Les Clubs membres de l’ACL

Bar le Duc, Bourbonne-les-Bains, Chaumont, Epinal, Faulquemont, Freyming-Merlebach, Jarny, Langres, Longwy, Lunéville, Nancy, Metz, Mondelange, Plombières, Pont à Mousson, Saint-Avold, Saint-Dié, Saint-Dizier, Sarreguemines, Thionville, Verdun.

Bernard Thirion,  créateur du club en 1978 (photo prise en 1999)

La création du Club Cœur et Santé de Saint-Dié

En réadaptation à l’Hôpital Jeanne d’Arc (situé à Dommartin-lès-Toul et dépendant du CHU de Nancy) suite à un accident cardiaque, Bernard Thirion découvre l’association Cœur et Réadaptation, présidée par le Pr Claude Pernot, ancien déodatien.

Bernard Thirion se rapproche ensuite de la Fédération de Française de Cardiologie (FFC) alors présidée par un autre nancéien, le Pr Gabriel Faivre. Ce dernier sera à la tête de la FFC de 1973 à 1981.

Cela débouche sur la création officielle du club le 2 août 1978. Son premier parrain est le Dr Jacques Renaud. Arrivé au club en octobre 1980, le Dr Jean-Louis Bourdon lui succède en 1981.

Annie Thirion devient présidente du club en 2001, à la suite du décès de son époux.

Le club compte 170 membres en 2020.

Les premières activités

Dès le début de son existence, le club organisé des marches à l’intention de ses adhérents.

Parcours du Cœur

Les premières années, il est mis en place avec le concours de la Jeune Chambre Economique de Saint-Dié dans le massif de l’Ormont au départ de l’aire du Paradis, puis du Préventorium. Il propose des circuits de marche en forêt. La première édition a eu lieu en 1978.

Il a aussi lieu sur le circuit aménagé dans le Bois de Gratin à proximité de l’hôpital. Il a été ouvert en décembre 1983 et inauguré en mars 1984. Les partenaires de cette réalisation sont la ville, l’Office National des Forêts, le Club Vosgien, l’hôpital et l’Association de Cardiologie de Lorraine.

Le parcours de la forêt de Gratin a été mis en service en décembre 1983 et inauguré en mars 1984

Par la suite, le Parcours du Cœur se déplacera dans les différents massifs forestiers qui entourent la ville avec des départs du Préventorium, de l’école d’Infirmières, de la MJC de l’Orme, des différentes maisons de quartiers (Foucharupt, Marzelay, la Bolle et Robache), des Trois Fauteuils et de l’hôpital de Foucharupt.

Campagnes sur le tabac dans les établissements scolaires

  • 1980-81 : projection d’un film de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et débat avec 3 000 élèves déodatiens avec la participation de plusieurs médecins de l’hôpital.
  • En 1987, présentation d’un spectacle de clowns sur le tabagisme pour 1500 élèves de 6e et 5e.
  • D’autres interventions auront lieu dans différents établissements de la ville avec le concours national de dessin pour les primaires et des enquêtes auprès de collégiens.

Congrès régional des porteurs de stimulateurs cardiaques

En septembre 1981, le club participe à l’organisation de cette réunion régionale à l’école d’infirmière de Saint-Dié.

Le congrès régional des porteurs de stimulateurs cardiaques le 12 septembre 1981 (au premier rang à droite le docteur Yves Etienne et Bernard Thirion)

Séances de gymnastique

Cette activité débute au printemps 1984 avec des kinésithérapeutes, des professeurs d’EPS et des infirmières, tous bénévoles. Deux d’entre eux, présents au tout début sont resté fidèles au club : Gilbert Storck (depuis 1984) et Jean-Paul Wagner (depuis 1987). Les séances se déroulent initialement dans la salle du sous-sol du centre social de Kellermann, puis auront lieu au gymanse du lycée Jacques Augustin.

Gymnastique au lycée Jacques Augustin-1986 (avant dernière à droite : Annie Thirion et au centre de dos, Claude Couval, deux des plus anciens membres du club)

Par la suite, le club migrera à l’école de la Providence, au collège et puis à l’école Sainte Marie, au lycée Jules Ferry, à la MJC de l’Orme, à l’école Baldensperger et enfin au Palais omnisports (salles de judo et d’escrime, puis de tir à l’arc).

Elle a actuellement lieu le lundi de 18 heures à 19 heures, toujours sous la direction de bénévoles.

Gilbert Stork et Jean-Paul Wagner, les deux plus anciens animateurs de la gymnastique (photo prise le 18 juin 2015)

Les activités du club Cœur et Santé restent suspendues jusqu’au 31 août.

Notre présidente Annie Thirion a reçu hier en fin d’après-midi le message que le Pr Alain Furber, Président de la Fédération Française de Cardiologie, a adressé aux présidents des associations de cardiologie et aux responsables des clubs Cœur et Santé.

En voici le contenu.

« Cher Président,
Cher Responsable de Club Cœur et Santé,

J’espère que vous et vos proches vous portez au mieux.

Le Gouvernement annonçant un début de déconfinement pour le 11 mai, je reviens vers vous pour vous indiquez les décisions prises, à ce sujet, pour la FFC et son réseau.

Bien que la décision soit lourde de conséquences, j’en ai bien conscience, il est indispensable que je prenne, et que nous prenions ensemble, nos responsabilités.

C’est ainsi que je vous demande de ne pas reprendre les activités des clubs, quelle que soit l’activité concernée, avant le 1er septembre 2020.

Nous accueillons un public particulièrement fragile et nous devons assurer la sécurité de nos adhérents mais aussi de nos bénévoles et nos salariés.

Je sais que certains d’entre vous ont hâte de retrouver le club et les activités, de renouer le lien social mais cette pandémie est un véritable fléau, et les conséquences sont d’autant plus graves que les personnes sont à risques. Nous ne pouvons en prendre aucun.

Concernant les AC, je vous conseille, dans la mesure du possible, de favoriser le télétravail quand cela est possible, et d’équiper vos salariés et bénévoles s’ils doivent absolument se rendre dans les locaux (masques chirurgicaux – un par jour et par personne – gants, gel hydroalcoolique).

Je compte sur vous pour appliquer ces consignes, la joie de nous retrouver à la rentrée n’en sera que d’autant plus grande.

Bien cordialement, 

Pr Alain Furber, Président de la Fédération Française de Cardiologie »

Covid19 : point sur la situation

Quoi de neuf depuis notre dernier article ?

Hydroxychloroquine : de nouvelles données négatives

Les médecins de la revue indépendante de Prescrire ont estimé que ce traitement n’avait pas apporté de preuve au vu de deux études :

  • celle publiée par une équipe chinoise de Shanghai le 14 avril et portant sur 150 patients comportant un groupe contrôle où il n’a pas été démontré d’effet antiviral chez les patients,
  • celle menée dans quatre hôpitaux parisiens portant sur 181 patients avec atteinte pulmonaire justifiant une oxygénothérapie. Là encore, il n’y a pas eu de différence statistiquement significative entre les deux groupes, sauf pour ce qui concerne les effets indésirables (environ 30 % dans le groupe hydroxychloroquine, contre 9 % dans le groupe témoin).

L’équipe du Pr Magagnoli de Columbia (Université de Caroline du Sud et Institut de recherche Dorn) a mis en ligne les résultats d’une étude portant sur 368 patients : 97 sous hydroxychloroquine, 113 sous hydroxychloroquine et Azithromycine et 158 sans hydroxychloroquine. Cette dernière n’a pas réduit le recours à la ventilation artificielle. Par contre la mortalité des patients sous hydroxychloroquine est deux fois plus élevée (22% contre 11%). La limite de cette études est qu’il s’agit d’un travail rétrospectif et non pas d’une étude randomisée.

On attend donc avec impatience les premiers résultats de Discovery (portant sur 3000 patients) qui devraient être connus fin avril.

Le tabac et le covid.

On en a beaucoup parlé la semaine dernière suite à deux études, l’une chinoise et l’autre parisienne qui montrent un pourcentage de fumeurs moins important chez les patients atteints de Covid 19 que dans la population générale. Ce qui questionne, mais ne doit pas conduire à reprendre le tabac qui rappelons-le tue 70 000 personnes par an en France. Des recherches sont en cours en utilisant des patchs de Nicotine.

Le port du masque

L’Académie de médecine recommande dans un communiqué publié le le 22 avril et intitulé « Aux masques citoyens ! » le port du masque généralisé dans l’espace public.

« Afin de limiter le risque de transmission directe du virus par les gouttelettes projetées à l’occasion de la parole, de la toux et de l’éternuement, le port d’un masque anti-projections couvant le nez et la bouche, destiné à retenir ces postillons et à éviter leur dispersion dans l’environnement immédiat, est recommandé« .

Prévention de la « tempête immunitaire « du 7ème jour : un espoir

L’insuffisance respiratoire aiguë fait la gravité de la maladie.

La presse a beaucoup parlé des cytokines. L’interleukine 6 en est une. Ces molécules sont libérées à la phase aiguë de l’inflammation, en particulier par certains globules blancs.

L’objectif est de lutter contre l’infection. Mais, dans la Covid-19, il existe chez certaines personnes souffrant d’une forme « hypoxémiante » de pneumonie (nécessitant l’administration d’oxygène) un « orage cytokinique », avec fort relargage d’interleukine 6. Cette production excessive qui peut entraîner une insuffisance respiratoire aiguë. L’idée est de limiter cet orage cytokinique pour préserver les poumons de ces patients.

On dispose déjà de molécules inhibitrices des récepteurs de l’interleukine 6 dont le tocilizumab qui est habituellement utilisé dans la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde et la maladie de Horton.

Un essai parisien a montré que ce traitement réduit statistiquement le risque d’intubation et de décès. Il s’agit d’une étude randomisée contre placebo. Au total, 129 malades ont été randomisés, dont 65 dans le groupe avec tocilizumab (administré aux premier et au troisième jours) et 64 dans le groupe témoin. Ceci est à confirmer par d’autres études.

D’autres molécules (inhibiteurs des récepteurs de l’IL-6 et d’autres immunomodulateurs) sont actuellement en cours d’investigation.

Levée du confinement

Alors que l’on parle de lever le confinement le 11 mi, chacun doit bien rester conscient que le coronavirus, cet ennemi invisible, rôde toujours.

Alors ce serait une erreur que de « baisser la garde ».

Au contraire, les gestes barrière restent plus que jamais d’actualité. Sinon, gare à la deuxième « vague » de la maladie.

Centenaire de la naissance de Boris Vian

La trompette, l’un des nombreux talents de Boris Vian (source : Wikipédia)

On célèbre cette année le centenaire de la naissance de Boris Vian qui a vu le jour le 10 mars 1920 à Ville d’Avray et qui est décédé à Paris, le 23 juin 1959.

Dans la maison voisine habitait le célèbre violoniste Yéhudi Menuhin.

Il a été tout à la fois ingénieur diplômé de l’Ecole Centrale de Paris, écrivain (Vercoquin et le Plancton, L’écume des Jours, J’irai cracher sur vos tombes, écrit sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, L’arrache-cœur),musicien de jazz (trompettiste), chanteur, parolier (dont Le Déserteur chanté par Mouloudji et Serge Reggiani), traducteur, peintre, animateur de radio…

Couverture de « J’irai cracher sur vos tombes » (source : BNF)

Si la vie de Boris Vian s’est terminée à 39 ans, c’est la conséquence d’une maladie de la valve aortique survenue à la suite d’un rhumatisme articulaire aigu contracté en 1932 à l’âge de 12 ans.

Le 15 juin dernier, à l’occasion de la réunion régionale des Clubs Cœur et Santé organisée à Saint-Dié, le Professeur Jean-Marie Gilgenkrantz nous a présenté l’histoire cardiologique de Boris Vian lors d’une conférence intitulée « Boris Vian, ses rendez-vous manqués avec la Cardiologie« .

Annie Thirion accueille le Pr Jean-Marie Gilgenkrantz le 15 juin 2019 au musée Pierre Noël

Il nous a expliqué comment Boris Vian était passé tout au long de sa vie, à peu de temps près, à côté des grands progrès de la cardiologie qui auraient pu lui permettre de vivre plus longtemps.

Vous pouvez retrouver le diaporama de cette conférence : Boris Vian, ses rendez-vous manqués avec la Cardiologie

La lettre de la FFC : petits-déjeuners sains, l’AVC, activité physique et détente pour vos yeux

Ce mois-ci, la lettre de la  Fédération Française de Cardiologie (FFC) vous propose quatre thèmes.

Bien manger

Comment continuez à vous nourrir de façon équilibrée au quotidien? https://www.fedecardio.org/petits-dejeuners-sains?utm_source=news-avril-2020&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletteer-Mars-2020

La FFC vous propose 7 petits-déjeuners sains

L’AVC

C’est une urgence vitale, apprenez, grâce à cette courte vidéo, à reconnaître les premiers signes pour agir vite :  https://www.fedecardio.org/Les-gestes-qui-sauvent/Tout-savoir-sur-les-gestes-qui-sauvent/comment-reagir-face-a-une-attaque-cerebrale?utm_source=news-avril-2020&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletteer-Mars-2020

L’AVC est une urgence

Rester zen

Vous passez un peu trop de temps devant les écrans ? la Yoggist de la FFC vous vient en aide avec un exercice simple à réaliser autant de fois que nécessaire : https://www.fedecardio.org/Je-m-informe/J-apprends-a-gerer-mon-stress/rester-zen-au-quotidien-quelques-conseils?utm_source=news-avril-2020&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletteer-Mars-2020

Des exercices simples

Bouger

Comment continuer à bouger, chez vous, sans matériel ? https://www.fedecardio.org/Je-m-informe/Je-bouge/bougeons-durant-le-confinement?utm_source=news-avril-2020&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletteer-Mars-2020