Projet DÉFIDÉO, près de 100 défibrillateurs installés dans 68 communes.

Dans l’assistance on retrouvait des représentants des communes, de Cœur et Santé et (au dernier rang à gauche) Isabelle Bertrand, cheville ouvrière de Défidéo au Pays de la Déodatie (photo : Jean-Claude Wolff).

Avec la remise de 8 nouveaux kits DÉFIDÉO à 7 communes qui a eu lieu le jeudi 17 octobre 2019 à la salle Carbonnar, ce sont 101 DAE (Défibrillateurs Automatiques Externes) en accès public 24 h sur 24 qui seront disponibles sur le territoire de la Déodatie (98 dans cadre de Défidéo et 3 hors projet Défidéo).

Les communes concernées par les nouvelles installations sont les suivantes :

  • Anould,
  • Étival,
  • La Bourgonce,
  • La Voivre,
  • Les Rouges Eaux,
  • Raon l’Étape (2 DAE),
  • Senones.

A la suite de ces nouvelles acquisitions ce sont 68 communes du Pays de la Déodatie qui sont équipées.

Les villes les mieux équipées disposent de 5 à 3 DAE : Anould, Étival, Granges-Aumontezy, Fraize, Saulcy-sur-Meurthe, Saint-Léonard et Raon L’Etape.

De droite à gauche : Pascal Mohr, vice-président du Pays, Guy Drocchi, son président, Annie Thirion, présidente du Club Cœur et Santé et Jean-Louis Bourdon, cardiologue. Au premier plan, les panneaux qui seront apposés à côté des DAE (photo : Jean-Claude Wolff).

Défidéo a été lancé en 2007 par le Club Cœur et Santé à la suite du décret du 4 mai 2007 autorisant toute personne à utiliser un DAE. Il est porté depuis 2008 par le Pays de la Déodatie. Il a permis l’installations de 30 appareils en 2010 et en 2012, 13 en 2015, 8 en 2017, 9 en 2018 et enfin 8 cette année.

L’objectif est est faire baisser la mortalité par arrêt cardiaque subit sur notre territoire (plus d’une centaine de victimes par an). Cela repose sur trois actions complémentaires : l’information du public, sa formation aux geste qui sauvent et la mise à disposition par les collectivités de DAE accessibles 24 sur 24. Car le taux de survie est conditionné par une prise en charge dès les premières minutes, ce qui ne peut être fait, sauf exception, que par les premiers témoins qui vont appeler les secours et pratiquer un massage cardiaque dans l’attente de l’arrivée des secours spécialisés, qui mettent en moyenne une dizaine de minutes pour arriver auprès de la victime. Et si une défibrillation est réalisée dans les 5 minutes, les chances de survie augmentent fortement.

Nathalie Vinot, ingénieur bio-médical au centre hospitalier de Saint-Dié présente un « kit Défidéo » et donne les informations techniques sur l’installation et le suivi du matériel (photo : Jean-Claude Wolff)

Ces éléments ont été rappelés ce jeudi par les intervenants, Guy Drocchi, président du Pays, Pascal Mohr, vice-président, Annie Thirion, présidente du Club Cœur et Santé et Jean-Louis Bourdon, cardiologue. Ils ont également insisté sur le rôle important du Pays auprès des communes. Si des financements extérieurs obtenus auprès de différents mécènes pour les 5 premières opérations (jusqu’à 50% du prix d’achat), ils n’ont pu être obtenus cette année. Mais le prix de vente des appareils a baissé et les communes bénéficient également des prix obtenus grâce à un achat groupé.

D’autre part, et cela a été souligné par les intervenants, Défidéo, c’est aussi une assistance pour les communes dans le domaine de la surveillance des appareils, le renouvellement périodique des batteries et des électrodes. C’est également, après chaque utilisation pour un arrêt cardiaque, la fourniture gratuite d’un jeu d’électrodes par le Centre Hospitalier de Saint-Dié, partenaire du projet (le plus souvent directement par le SMUR dépendant de l’hôpital). Enfin Défidéo permet la réalisation de la maintenance des appareils par le constructeur tous les 3 ans, de manière groupée, là encore avec des conditions financières avantageuses pour les communes.

Nathalie Vinot, ingénieur bio-médical au centre hospitalier de Saint-Dié, a présenté les kits Défidéo qui comportent un DAE, un boitier chauffant, un panneau d’information, un transformateur, un panneau indicateur et le cahier de surveillance. Elle a précisé les modalités d’installation des appareils.

Elle a également détaillé le document de suivi mis au point par Défidéo dès 2010 afin de faire en sorte que les DAE soient toujours opérationnels en cas de besoin. Comme cela été précisé par les intervenants, on y retrouve tous les éléments qui maintenant obligatoires. Un domaine où les promoteurs de Défidéo ont été des précurseurs.

Démonstration par les docteurs Dominique Rouleau de la Croix Rouge et Jean-Louis Bourdon de Cœur et Santé. Rappel des 2 signes de l’arrêt cardiaque (photo : Jean-Claude Wolff).

Enfin, les intervenants ont tenu à rappeler le rôle clé d’Isabelle Bertrand la référente du projet au sein du Pays de la Déodatie et l’ont remercié pour son implication.

Avant de terminer la soirée par le verre de l’amitié, une démonstration de la prise en charge d’un arrêt cardiaque a été faite par les Drs Dominique Rouleau de la Croix Rouge et Jean-Louis Bourdon de Cœur et Santé.

À propos de l'auteur Voir tous les billets Site Web de l'auteur

Club Cœur et Santé de Saint-Dié