Archive - novembre 2017

Prise en charge de l’arrêt cardiaque : près de 550 personnes seront formées les 23 et 24 novembre

Photo d'un des groupes formés en 2016

Un des groupes d’élèves formés en 2016

Les 23 et 24 novembre près de 450 élèves et une centaine d’adultes vont bénéficier d’une formation à la prise en charge de l’arrêt cardiaque à l’Espace François Mitterrand.

Pour les scolaires, il s’agit de la 26 édition des journées de formation mises en place par le Club Cœur et Santé de Saint-Dié depuis l’année scolaire 1992-1993.

Cette année, elles s’adressent à 18 classes de CM2 de Saint-Dié et des environs.

Elles sont organisées en partenariat avec l’Inspection de l’Education Nationale et avec le soutien de la Ville de Saint-Dié.

La formation porte sur les trois gestes prioritaires de la campagne de la Fédération Française de Cardiologie (appeler les secours, pratiquer un massage cardiaque et utiliser un défibrillateur) ainsi que sur la mise en position latérale de sécurité.

L’apprentissage se fait soit avec les mannequins Mini Anne, soit avec des mannequins classiques.

Massage cardiaque et mise en place du défibrillateur

Massage cardiaque et mise en place du défibrillateur sur un mannequin classique

35 bénévoles

La formation est assurée par 12 moniteurs appartenant à la Croix-Rouge Française, aux Sapeurs-pompiers, à la Protection Civile, au Centre Français de Secourisme et de Protection Civile et à l’Ufolep.

On note aussi 5 personnels de santé  (4 des infirmières et le cardiologue du Club Cœur et Santé) ayant une longue expérience de la prise en charge de l’arrêt cardiaque au sein du service de cardiologie du Centre Hospitalier de Saint-Dié.

L’encadrement est complété par 18 membres du Club Cœur et Santé.

Photo d'une partie des bénévoles

Une partie des bénévoles des Journées 2016

La formation grand public du jeudi soir.

Près de cent personnes seront présentes. A la date du 17 novembre, il n’y a plus que quelques places disponibles.

Les participants sont essentiellement des adultes mais ont note également des enfants qui viennent avec leurs parents.

L’encadrement sera assuré par une quinzaines de membres du club Cœur et Santé.

Photo d'un groupe avec un enfant

Même des enfants peuvent apprendre les gestes qui sauvent

Marche du dimanche 5 novembre par un temps incertain

le groupe au départ revêtu des vêtements de pluie

Les vêtements appropriés sont de circonstance

Malgré les prévisions pessimistes de la météo pour ce dimanche après-midi, nous sommes tout de même 21 au départ des circuits proposés.

Comme à l’habitude, un parcours de 6 km sans trop de difficulté sous la conduite de Denise Dombrat et l’autre de 8,5 km avec, comme guide, Michel Antoine.

Photo du départ sous la pluie

Un départ sous la pluie

Au départ, un nuage un peu malicieux libère son trop plein d’eau et nous incite à ouvrir les parapluies,   mais pour peu de temps, car  le ciel redevient clément et nous permet ainsi d’attarder notre regard sur une végétation parée des couleurs automnales.

Nous faisons le point sur notre situation

Où sommes nous ….. ?

A mi-parcours les deux groupes se rejoignent à La chapelle de la Vierge des Grâces, située dans une petite clairière de la forêt domaniale de Clairefontaine.

les deux groupes se rejoignent à la Chapelle

La chapelle date de la première moitié du 19e siècle.

Photo du groupe à la Chapelle

Un agréable moment à discuter dans la bonne ambiance habituelle

Après cette petite halte découverte pour bon nombre de participants, nous repartons en direction de la voie romaine.

De manière rectiligne, cette voie ancienne appelée aussi voie des Saulniers suit la crête  du Petit Himbaumont  jusqu’au Grand Himbaumont et poursuit bien au- delà.

Elle offre, par beau temps, des panoramas variés sur les montagnes environnantes. Aujourd’hui, nous n’aurons pas ce privilège-là.

Nous la quittons au lieu-dit Chêne Pierrot. Pour cette fin de parcours, un timide éclairage du ciel accompagne notre retour.

Les marcheurs sur la Voie Romaine

Plaisir d’automne : marcher sur un tapis de feuilles mortes

La pluie nous a épargnés sur la quasi-totalité du parcours, permettant ainsi une marche bien agréable.

Photo du groupe

La météo est toujours changeante et pour les indécis il faut venir quand même

Prochaine marche : Dimanche 26 novembre 2017.

Marche nordique à partir du col d’Anozel le 6 novembre

photo du groupe

Les exercices d’échauffement avant le départ

Après la traditionnelle période d’échauffement, la sortie du lundi 6 novembre a conduit la trentaine de marcheurs sur un circuit de 8 km tracé par Michel Antoine dans les bois de Taintrux et Saulcy-sur-Meurthe à partir du Col d’Anozel.

photo du groupe qui fait une petite pause

Le groupe fait une petite pause

Une fois encore, en plus de faire bouger son corps (et notamment son cœur), le groupe a pu admirer la beauté des sous-bois aux couleurs automnales, mais aussi se rendre à l’entrée d’une ancienne mine de cuivre.

photo de l'entrée de la mine

L’entrée de la mine de cuivre

Place des drones dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque

Alec Momont et son drone

Alec Momont et son drone-défibrillateur

Dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque chaque seconde gagnée, augmente les chances de survie de la victime.

Les éléments qui conditionnent la survie sont :

  • la présence et le délai de réaction d’un témoin,
  • le délai d’intervention des secours médicalisés,
  • la présence et le délai d’utilisation d’un défibrillateur automatique externe (DAE).

Le témoin

Il est présent 3 fois sur quatre. C’est lui qui fait le diagnostic de l’arrêt cardiaque et qui met en oeuvre les gestes qui sauvent : appel de secours (15, 18 ou 112), massage cardiaque et utilisation d’un DAE.

Les secours médicalisés

En moyenne, en France, ils arrivent en 12 minutes après l’appel, mais cela peut aller de quelques minutes à plus d’une demi-heure selon l’endroit où l’on se trouve.

Le délai d’utilisation du DAE

Il dépend de la présence ou non d’un tel appareil dans l’environnement immédiat de la victime. Malgré leur diffusion qui a progressé ces dix dernière année, ils restent encore trop peu nombreux ou trop peu accessibles.

Un « bon » DAE doit être situé près des lieux de survenue des arrêts cardiaques, c’est à dire dans les zones d’habitation puisque près de 3 arrêt sur 4 surviennent au domicile.

Un « bon » DAE doit pouvoir être utilisé 24 h sur 24, ce qui n’est pas le cas de tous les appareils (ceux situé à l’intérieur de locaux sportifs, de salles de spectacles ou de réunion …).

Utiliser des drones pour livrer des DAE ?

Comme les DAE ne sont pas disponibles partout, l’idée est venue en 2014 à Alec Momont, un étudiant belge de l’Université Technologique de Delft aux Pays-Bas, d’utiliser un drone pour livrer l’appareil auprès de la personne victime d’un arrêt cardiaque.

Voir ci-dessous la vidéo de l’Université de Delft (il n’est pas nécessaire de comprendre l’anglais pour comprendre comment cela fonctionne).

Des expériences réalisées en Suède avec des drone ayant un rayon d’intervention de 10 km, ont montré que, par rapport à l’arrivée des secours, cela réduisant surtout le temps acheminement du DAE en milieu rural : le drone est plus rapide dans 93 % des cas et fait gagner en moyenne 19 minutes, alors qu’en ville  le drone est plus rapide dans 32 % des cas et ne fait gagner en moyenne qu’une minute et 30 secondes.

Est-ce la panacée ?

La réponse est non.

Tout d’abord rien ne remplacera l’action humaine en cas d’arrêt cardiaque : il faut faire le diagnostic, appeler les secours et pratiquer massage cardiaque, mais aussi utiliser le DAE livré ou non par le drone (*).

Il est certain que cette technologie peut faire diminuer le temps d’accès au DAE, en particulier en milieu rural. Mais, le drone ne vient pas de lui même et il doit être piloté avec du personnel disponible 24 sur 24. La logistique est donc très lourde.

Mais rien n’interdit de penser que des solutions seront trouvées à l’avenir pour cette technique de livraison des DAE rentre dans notre quotidien.

Massage cardiaque et mise en place du défibrillateur

Massage cardiaque et mise en place d’un défibrillateur

(*) Pour apprendre ces gestes, inscrivez-vous à la formation organisée par le Club Cœur et Sante de Saint-Dié :

Formation aux gestes qui sauvent le jeudi 23 novembre

.

Testez vos connaissances sur la prise en charge de l’arrêt cardiaque

Affiche du questionnaire

Le Club Cœur et Santé de Saint-Dié organise le 23 novembre prochain une formation sur la prise en charge de l’arrêt cardiaque. La formation portera sur l’évaluation de l’état d’une personne victime d’un malaise, l’appel des  secours, le massage cardiaque et l’utilisation d’un DAE (Défibrillateur Automatique Externe)

Vous pouvez tester vos connaissance en la matière grâce au questionnaire mis en ligne par la Fédération Française de Cardiologie (FFC)  : https://www.fedecardio.org/savez-vous-sauver.

Pour en savoir plus sur les gestes qui sauvent, téléchargez la brochure de la FFC : https://www.fedecardio.org/notre-documentation.

Brochure de la FFC sur l'arrêt cardiaque

Pour vous inscrire à la formation, utilisez le formulaire de contact suivant :

 

Click to access the login or register cheese