Place des drones dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque

Alec Momont et son drone

Alec Momont et son drone-défibrillateur

Dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque chaque seconde gagnée, augmente les chances de survie de la victime.

Les éléments qui conditionnent la survie sont :

  • la présence et le délai de réaction d’un témoin,
  • le délai d’intervention des secours médicalisés,
  • la présence et le délai d’utilisation d’un défibrillateur automatique externe (DAE).

Le témoin

Il est présent 3 fois sur quatre. C’est lui qui fait le diagnostic de l’arrêt cardiaque et qui met en oeuvre les gestes qui sauvent : appel de secours (15, 18 ou 112), massage cardiaque et utilisation d’un DAE.

Les secours médicalisés

En moyenne, en France, ils arrivent en 12 minutes après l’appel, mais cela peut aller de quelques minutes à plus d’une demi-heure selon l’endroit où l’on se trouve.

Le délai d’utilisation du DAE

Il dépend de la présence ou non d’un tel appareil dans l’environnement immédiat de la victime. Malgré leur diffusion qui a progressé ces dix dernière année, ils restent encore trop peu nombreux ou trop peu accessibles.

Un « bon » DAE doit être situé près des lieux de survenue des arrêts cardiaques, c’est à dire dans les zones d’habitation puisque près de 3 arrêt sur 4 surviennent au domicile.

Un « bon » DAE doit pouvoir être utilisé 24 h sur 24, ce qui n’est pas le cas de tous les appareils (ceux situé à l’intérieur de locaux sportifs, de salles de spectacles ou de réunion …).

Utiliser des drones pour livrer des DAE ?

Comme les DAE ne sont pas disponibles partout, l’idée est venue en 2014 à Alec Momont, un étudiant belge de l’Université Technologique de Delft aux Pays-Bas, d’utiliser un drone pour livrer l’appareil auprès de la personne victime d’un arrêt cardiaque.

Voir ci-dessous la vidéo de l’Université de Delft (il n’est pas nécessaire de comprendre l’anglais pour comprendre comment cela fonctionne).

Des expériences réalisées en Suède avec des drone ayant un rayon d’intervention de 10 km, ont montré que, par rapport à l’arrivée des secours, cela réduisant surtout le temps acheminement du DAE en milieu rural : le drone est plus rapide dans 93 % des cas et fait gagner en moyenne 19 minutes, alors qu’en ville  le drone est plus rapide dans 32 % des cas et ne fait gagner en moyenne qu’une minute et 30 secondes.

Est-ce la panacée ?

La réponse est non.

Tout d’abord rien ne remplacera l’action humaine en cas d’arrêt cardiaque : il faut faire le diagnostic, appeler les secours et pratiquer massage cardiaque, mais aussi utiliser le DAE livré ou non par le drone (*).

Il est certain que cette technologie peut faire diminuer le temps d’accès au DAE, en particulier en milieu rural. Mais, le drone ne vient pas de lui même et il doit être piloté avec du personnel disponible 24 sur 24. La logistique est donc très lourde.

Mais rien n’interdit de penser que des solutions seront trouvées à l’avenir pour cette technique de livraison des DAE rentre dans notre quotidien.

Massage cardiaque et mise en place du défibrillateur

Massage cardiaque et mise en place d’un défibrillateur

(*) Pour apprendre ces gestes, inscrivez-vous à la formation organisée par le Club Cœur et Sante de Saint-Dié :

Formation aux gestes qui sauvent le jeudi 23 novembre

.

À propos de l'auteur Voir tous les billets Site Web de l'auteur

Club Cœur et Santé de Saint-Dié