Archive - mai 2020

40 ans de progrès en cardiologie. Chapitre 1 : Introduction

Le cœur des 40 ans du club, réalisé le 5 juillet 2018 au pied de la Tour de la Liberté reprend le logo de la Fédération Française de Cardiologie dessiné par Miro.

Cet article et ceux qui vont suivre dans les semaines qui viennent, font suite à la conférence organisée durant la Semaine du Cœur 2018, le mardi 25 septembre au lycée Jules Ferry par le club Cœur et Santé à l’occasion de ses 40 ans, intitulée « Maladies cardio-vasculaires : beaucoup de progrès en 40 ans, mais il reste beaucoup à faire ».

Ils reprendront les principaux progrès réalisés depuis 1978 dans le domaine de la cardiologie.

Ces avancées médicales concernent en particulier :

  • les moyens diagnostiques,
  • les médicaments,
  • la cardiologie interventionnelle,
  • la chirurgie,
  • les défibrillateurs,
  • la prévention,
  • la réadaptation,
  • l’éducation thérapeutique.

A titre d’exemple, dans la photo ci dessous, seulement 3 des 15 gestes et traitements actuellement d’usage courant étaient disponibles en 1978 (la liste n’est pas exhaustive).

Parmi les 15 gestes et traitements actuellement d’usage courant décrits sur cette image, seuls 3 étaient disponibles en 1978

Pour retrouver les propositions qui existaient en 1978, recherchez celles dont le nom est écrit en vert. Il s’agit de l’aspirine, des anticoagulants de la famille des anti-vitamine K et des beta-bloquants. L’échographie bi-dimensionnelle (2D) était balbutiante avec des images dont la qualité n’avait rien à voir avec celle d’aujourd’hui.

Ces progrès ont été accompagnés d’une amélioration considérable du pronostic de certaines maladies cardiovasculaires, tandis que les durées d’hospitalisation étaient raccourcies. Ils ont aussi changé profondément la vie des personnes porteuses d’une pathologie cardiovasculaires.

D’une manière générale, avec la mondialisation, la diffusion de ces progrès s’est faite de plus en plus rapidement. A titre d’exemple, pour la dilatation coronaire, le Pr François Cherrier du CHU de Nancy, qui a fait partie des trois premières équipes françaises à la mettre en oeuvre, a réalisé ses premières intervention en 1980, alors que la technique avait été utilisée pour la première fois à Zurich par Andreas Gruntzig en 1977. Actuellement, les délais sont beaucoup plus courts.

Comme lors de la conférence de 2018, la présentation s’appuiera d’abord sur des lettres médicales de malades fictifs, concernant la prise en charge des principales pathologies : la première rédigée selon les préconisations actuelles, la seconde selon les modalités de prise en charge de 1978, permettant de mettre en évidence les progrès réalisés.

Les domaines abordés seront les suivants :

  • Première lettre : maladie coronaire
  • Deuxième lettre : maladie des valves, hypertension artérielle et stimulateur
  • Troisième lettre : insuffisance cardiaque
  • Quatrième lettre : arythmies
  • Cinquième lettre : arrêt cardiaque
  • Sixième lettre : Accident vasculaire cérébral.

Histoire du Club Cœur et Santé de St-Dié. Chapitre 1 : la création du Club et ses premières années

La Fédération Française de Cardiologie

Fondée le 13 août 1964, elle lutte depuis plus de 50 ans contre les maladies cardio-vasculaires, seconde cause de mortalité en France avec environ 150 000 décès par an.

La FFC est présidée de 1973 à 1981 par le Pr Gabriel Faivre de Nancy.

Reconnue d’utilité publique depuis 1977, elle comporte actuellement 27 Associations régionales et 263 Clubs Cœur et Santé qui regroupent plus de 17 000 membres et sont présidés par un animateur et parrainés par un cardiologue.

Le premier Parcours du Cœur a eu lieu le 9 mars 1975 à Dunkerque, il s’appelait alors le Cross du Cœur. En 1977, cette manifestation devenait nationale.

Les associations régionales et les clubs sont créés en 1974.

Un concours de dessin sur le tabagisme est organisé tous les deux ans depuis 1976 pour les enfants de cours moyens.

la Fédération Française de Cardiologie s’appelait initialement Fédération Nationale de Cardiologie, comme indiqué sur l’affiche ci-dessous éditée pour la campagne contre le tabac et utilisée par le club de Saint-Dié lors de son action auprès des scolaires en 1980.

L’affiche sur le tabac de la Fédération Nationale de Cardiologie et du Comité National Contre le Tabagisme

Les Gestes qui sauvent ont été lancés en 1994.

Ses ressources initiales provenaient de la vente de la Carte du Cœur. Les dons et legs en représentent actuellement 98%.

Carte du Cœur 1986 (source : INA)

Le 22 avril 2020, elle a obtenu le label Don en Confiance qui vient confirmer ses engagements et son sérieux.

Le label Don en Confiance est délivré par l’organisme du même nom qui veille à ce que les dons reçus par les associations soient bien utilisés.

Il est basé sur 4 grands principes :

  • transparence,
  • recherche d’efficacité,
  • probité et désintéressement,
  • respect des donateurs et de leur volonté.

Les missions de la FFC

  • Prévention des maladies cardiovasculaires.
  • Accompagnement des malades cardiaques.
  • Promotion des gestes qui sauvent.
  • Coordination des Associations régionales et Clubs.
  • Financement de la recherche cardiologique

La FFC est présidée depuis près d’un an par le Pr Alain Furber, cardiologue au CHU d’Angers qui a succédé au Pr Claire Mounier Véhier de Lille.

L’Association de Cardiologie de Lorraine

L’Association de Cardiologie de Lorraine (ACL) a été déclarée en préfecture de Meurthe-et-Moselle le 22 mai 1974 sous le n° 4014 par le Pr Gabriel Faivre auquel ont succédé le Pr Jean-Marie Gilgenkrantz en 1984, puis le Pr Etienne Aliot, son actuel président, en 1997. Précédemment dénommée Association Régionale de Cardiologie de Lorraine, elle a pris son nom actuel le 2 août 1996. Ses statuts ont été modifiés le 12 juin 1998, puis 24 mai 2004 et le 4 juin 2004. Statuts ACL-AG du 4 juin 2004

C’est actuellement la plus importante des associations régionales avec 21 clubs et près de 2400 adhérents.

Parmi les premiers clubs créés, on note Thionville, Épinal et Pont-à-Mousson en 1976.

Les Clubs membres de l’ACL

Bar le Duc, Bourbonne-les-Bains (2015), Chaumont, Épinal (1976), Faulquemont (1999), Freyming-Merlebach, Jarny (2012), Langres, Longwy (2015), Lunéville, Nancy (1980 ?), Metz (1980), Mondelange (1995), Plombières (2003), Pont à Mousson (1976), Saint-Avold (2006), Saint-Dié (1978), Saint-Dizier (1994), Sarreguemines, Thionville (1976), Verdun. D’autres clubs qui avaient vu le jour ont maintenant disparu : Sarrebourg, créé en 1994 et Pompey.

Bernard Thirion, créateur du club en 1978 (photo prise en 1999)

La création du Club Cœur et Santé de Saint-Dié

En réadaptation à l’Hôpital Jeanne d’Arc (situé à Dommartin-lès-Toul et dépendant du CHU de Nancy) suite à un accident cardiaque, Bernard Thirion découvre l’association Cœur et Réadaptation, présidée par le Pr Claude Pernot, ancien déodatien.

Bernard Thirion se rapproche ensuite de la Fédération de Française de Cardiologie (FFC) alors présidée par un autre nancéien, le Pr Gabriel Faivre. Ce dernier sera à la tête de la FFC de 1973 à 1981.

Cela débouche sur la création officielle du club le 2 août 1978. Son premier cardiologue référent (on disait « parrain » à l’époque) est le Dr Jacques Renaud. Arrivé au club en octobre 1980, le Dr Jean-Louis Bourdon lui succède en 1981.

Annie Thirion devient présidente du club en 2001, à la suite du décès de son époux.

Le club compte 170 membres en 2020.

Les premières activités

Dès le début de son existence, le club organisé des marches à l’intention de ses adhérents.

Parcours du Cœur

Les premières années, il est mis en place avec le concours de la Jeune Chambre Economique de Saint-Dié dans le massif de l’Ormont au départ de l’aire du Paradis, puis du Préventorium. Il propose des circuits de marche en forêt. La première édition a eu lieu en 1978.

Il a aussi lieu sur le circuit aménagé dans le Bois de Gratin à proximité de l’hôpital. Il a été ouvert en décembre 1983 et inauguré en mars 1984. Les partenaires de cette réalisation sont la ville, l’Office National des Forêts, le Club Vosgien, l’hôpital et l’Association de Cardiologie de Lorraine.

Le parcours de la forêt de Gratin a été mis en service en décembre 1983 et inauguré en mars 1984

Par la suite, le Parcours du Cœur se déplacera dans les différents massifs forestiers qui entourent la ville avec des départs du Préventorium, de l’école d’Infirmières, de la MJC de l’Orme, des différentes maisons de quartiers (Foucharupt, Marzelay, la Bolle et Robache), des Trois Fauteuils et de l’hôpital de Foucharupt.

Campagnes sur le tabac dans les établissements scolaires en s’appuyant sur deux films : « Un taxi qui vous veut du bien » et « Jouer avec le feu ».

  • 1980-81 : projection d’un film de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et débat avec 3 000 élèves déodatiens avec la participation de plusieurs médecins de l’hôpital.
  • En 1987, présentation d’un spectacle de clowns sur le tabagisme pour 1500 élèves de 6e et 5e.
  • D’autres interventions auront lieu dans différents établissements de la ville avec le concours national de dessin pour les primaires et des enquêtes auprès de collégiens.

Congrès régional des porteurs de stimulateurs cardiaques

En septembre 1981, le club participe à l’organisation de cette réunion régionale à l’école d’infirmière de Saint-Dié.

Le congrès régional des porteurs de stimulateurs cardiaques le 12 septembre 1981 (au premier rang à droite le docteur Yves Etienne et Bernard Thirion)

Séances de gymnastique

Cette activité débute au printemps 1984 avec Francis Lejeune, kinésithérapeute à l’hôpital en charge de la réadaptation cardiaque, rapidement rejoint par d’autres kinésithérapeutes, des professeurs d’éducation physique et sportive et des infirmières, tous bénévoles. Deux d’entre eux, présents au tout début sont resté fidèles au club : Gilbert Storq (depuis 1984) et Jean-Paul Wagner (depuis 1987). Les séances se déroulent initialement dans la salle du sous-sol du centre social de Kellermann, puis auront lieu au gymnase du lycée Jacques Augustin.

Gymnastique au lycée Jacques Augustin-1986 (avant dernière à droite : Annie Thirion et au centre de dos, Claude Couval, deux des plus anciens membres du club)

Par la suite, le club migrera à l’école de la Providence, au collège et puis à l’école Sainte Marie, au lycée Jules Ferry, à la MJC de l’Orme, à l’école Baldensperger et enfin au Palais omnisports (salles de judo, d’escrime, puis de tir à l’arc, son lieu actuel).

Elle a actuellement lieu le lundi de 18 heures à 19 heures, toujours sous la direction de bénévoles.

Gilbert Storq et Jean-Paul Wagner, les deux plus anciens animateurs de la gymnastique (photo prise le 18 juin 2015)

Click to access the login or register cheese