Marche du Cœur sur les traces de la grande guerre

Groupe de marcheurs au pied de la Tour de la Liberté.

Départ de la Marche du Cœur au pied de la Tour de la Liberté.

Trente cinq personnes ont effectué le dimanche 23 septembre la Marche du Cœur organisée dans la cadre de la Semaine du Cœur qui est mise en place au niveau national  par la Fédération Française de Cardiologie (FFC).

En référence au centenaire de 1918, ils ont parcouru un circuit de 8 km sur les traces la guerre de 1914-1918, guidés par les bénévoles du Club Cœur et Santé de Saint-Dié.

Le monument aux Mort avec à son sommet un poilu écrasant l’aigle impérial allemand, et sur le corps du monument un gaulois, le moine Déodat, le Général Haxo et une femme représentant la ville de Saint-Dié accueillant ses filleuls américains traînant un canon

Le monument aux Morts avant 1940

Le parcours qui partait de la Tour de la Liberté a fait une première étape au Monument aux Morts. Inauguré le 26 août 1928, sa décoration a été enlevée par les allemands en octobre 1940. On y voyait un poilu écrasant l’aigle impérial allemand, un gaulois, le moine Déodat, le Général Haxo et la ville de Saint-Dié accueillant ses filleuls américains traînant un canon.

La marche s’est poursuivies par les rues du 11 novembre puis celles du Maréchal Lyautey et du Maréchal Foch, militaires bien connus nationalement.

Photo du groupe dans le passage Jean Blaire

Découverte des photos du vieux Saint-Dié prises par le pharmacien déodatien Jean Blaire et affichées dans le passage qui porte son nom

De là, le groupe a découvert les photos de Jean Blaire dans le passage qui porte son nom et qui est situé entre la rue Pierre Evrat et la rue des Trois Villes. L’intérêt a porté en particulier sur une vue du Monuments aux morts datant d’avant 1940.

Après la rue des Trois Villes et l’avenue de Verdun, les marcheurs ont pris la direction de la rue René Fonck, le célèbre aviateur né à Saulcy-sur-Meurthe. Membre de la célèbre escadrille des Cigognes, il a abattu plus de 120 avions allemands, lui ont valu le titre d’As des As. Il fut député de 1919 à 1924. Le 21 septembre 1924, deux semaines avant Lindbergh, il tente le premier vol New York-Paris, mais son avion s’écrase au décollage.

 

Photo du SPAD XIII, avion de René Fonck

Le SPAD XIII, avion de René Fonck. Aérodrome de Remomeix. Reproduction réalisé par les élèves du lycée Georges Baumont de Saint-Dié.

Passage ensuite rue Jean Gazin, ancien combattant de 14-18 qui fut l’un des adjoints de Jean Mansuy. On monte ensuite la côte « Verdun », comme l’appellent les habitants des quartier de l’Orme et Saint-Roch. Une appellation qui n’a rien à voir avec la terrible bataille de 1916, mais qui tient son nom des propriétaires du Café Saint-Roch situé à l’angle de la rue Jean Gazin et celle de l’Orme.

Avant d’arriver à la Place du Général Tanant, on aperçoit mi-hauteur de la côte « Verdun », la « rue » qui porte également le nom de ce militaire qui a dirigé le Xe BCP et qui a vécu de nombreuses années rue de l’Orme. Cette rue est en fait un chemin de terre qui se termine par un sentier à son autre extrémité, rue de la Bure.

La dernière halte historique a lieu rue de la Fontenelle, rappelant les violents combats qui ont eu lieu à la côte 627 de ce hameau du Ban de Sapt, entre le 22 juin et le 9 juillet 1915, et qui ont fait plus de 2200 victimes dans chaque camp.

Photo des marcheurs sur la place de la Cathédrale

Les marcheurs à la fin du circuit, Place de la Cathédrale

Au retour à la Tour de la Liberté, les brochures de la FFC, les As du cœur, ont été distribuées aux participants.

Rappelons que cette Marche du Cœur, dont c’est la quinzième édition, a pour objectifs :

  • de sensibiliser le public sur les pathologies cardiovasculaires qui restent la première cause de maladie et de mortalité dans notre pays,
  • de l’inciter à mettre en oeuvre des mesures d’hygiène de vie pour les prévenir, avec aux premiers rangs une alimentation équilibrée et la pratique d’une activité physique quotidienne d’au moins une demie heure.
  • C’est aussi de faire appel à la générosité du public afin de financer les actions de la FFC dans les domaines de la prévention, de l’aide aux cardiaques, de la recherche cardiologique et de la lutte contre l’arrêt cardiaque. En effet la FFC, qui ne reçoit aucune subvention, ne vit que grâce à la générosité de ses donateurs.

La Semaine du Cœur se poursuit :

  • mardi 25 avec la conférence sur « 40 ans de progrès en cardiologie », à 20 h à l’amphithéâtre du lycée Jules Ferry et
  • samedi 29 à 14 h avec la Randonnée urbaine en vélo avec un départ de la Galerie 36e art à l’angle des rues Pierre Evrat et Jacques Delille et une arrivée à l’association l’Engrenage, 8 rue des Frères Simon.
Photo des marcheurs sur le bord de la Meurthe

Les marcheurs sur le bord de la Meurthe

À propos de l'auteur Voir tous les billets Site Web de l'auteur

Club Cœur et Santé de Saint-Dié