La grippe augmente le risque d’infarctus du myocarde

Image du Virus de la grippe

Virus de la grippe (source : pourquoidocteur.fr)

On sait que les maladies cardiovasculaires sont plus fréquentes en hiver (voir article de janvier 2017).

Événements cardiaques et météo

Une récente étude parue dans la prestigieuse revue américaine, le New England Journal of Medicine, rapporte que l’infection par le virus de la grippe multiplie par 6 le risque d’infarctus du myocarde dans la semaine qui suit l’épisode viral. Ce risque varie selon les souches de virus et il est maxima avec Influenza B (multiplié par 10).

Selon le site « Coeur.net » , « il existe bel et bien un lien entre infection respiratoire, en particulier par influenza [famille des virus reponsasbles de la grippe], et le risque de survenue d’un infarctus du myocarde.

L’association avait déjà été pointée du doigt au cours de précédents travaux, mais le niveau de preuve était faible avec des biais possibles.

Cette fois une équipe a exploré ce lien en incluant des sujets hospitalisés pour un infarctus du myocarde ayant développé une infection respiratoire et chez qui l’infection par influenza était confirmée en laboratoire. L’association était présumée en cas de délai de sept jours entre l’hospitalisation et le diagnostic positif. Les résultats ont été comparés avec un intervalle contrôle d’un an avant et après la période d’association présumée.
Les auteurs ont finalement repéré 364 cas d’hospitalisations pour un infarctus du myocarde survenu un an avant ou après un diagnostic positif à influenza. Parmi eux, 20 sont survenus au cours de la fameuse fenêtre de sept jours (20,0 admissions par semaine) et 344 sont survenus au cours de la période contrôle (3,3 admissions par semaine).

Le risque de faire un infarctus dans les sept jours suivant un diagnostic positif à influenza était ainsi 6,05 fois plus élevé (95% IC, 3.86 – 9.50) que le fait d’en faire un dans l’année précédant ou suivant cet épisode infectieux.

Concrètement, le risque était multiplié par 10,11 (95% IC, 4.37 – 23.38) pour influenza B, 5.17 (95% IC, 3.02 – 8.84) pour influenza A, 3,51 (95% IC, 1.11 – 11.12) pour le virus respiratoire syncytial et 2,77 (95% IC, 1.23 – 6.24) pour les autres virus. Par contre le risque n’était plus augmenté après ce délai d’une semaine ».

Voila donc un argument supplémentaire pour prendre des précautions en cas d’épidémie et surtout pour se faire vacciner contre la grippe.

Référence : Jeffrey C. Kwong et al. Acute Myocardial Infarction after Laboratory-Confirmed Influenza Infection. N Engl J Med 2018; 378:345-353.

À propos de l'auteur Voir tous les billets Site Web de l'auteur

Club Cœur et Santé de Saint-Dié