Randonnée cyclo-touristique entre Brunstatt et Gézier pour 22 membres du club Cœur et Santé de Saint-Dié

Une partie des véhicules au départ de Saint-Dié

Du 11 au 13 septembre, 22 membres du club Cœur et Santé de Saint-Dié ont réalisé une randonnée cyclo-touristique entre Brunstatt (Haut-Rhin) et Gézier (Haute-Saône). Le groupe comportait 12 vélos de route, 8 vélos à assistance électrique et un tandem.

A raison de deux étapes par jour, l’une le matin et l’autre l’après-midi, ils ont ainsi parcourus un peu plus de 200 km, après une préparation progressive lors des sorties hebdomadaires qui ont débuté cette année fin février.

La majeure partie s’est effectuée sur l’EuroVéloroute 6, cette voie cyclable qui va de la Mer Noire à Nantes. Dans sa portion alsacienne et franc-comtoise, elle longe le canal du Rhône au Rhin, en majeure partie en voie propre, avec quelques tronçons de voie partagée avec les véhicules à moteur.

Ainsi les 5 premières étapes ont été marquées par seulement quelques petites côtes. Par contre, la fin de parcours, qui allait de la vallée du Doubs à celle de l’Ognon, a été plus vallonnée. Mais chacun est arrivé à bon port dans le petit village haut-saônois de Gézier.

Le départ de Brunstatt

La première étape : Brunstatt – Danemarie

Découverte de cette magnifique voie le long du canal, avec l’absence de véhicules à moteur (en dehors de quelques bateaux sur le canal), le calme de la campagne, la beauté de la nature et de nombreux oiseaux (en particulier des hérons). La pause de midi à lieu dans le port de Dannemarie avec un pique-nique pris au bord de l’eau.

Halte au port de Dannemarie

La deuxième étape : Danemarie – Sochaux

Elle est marqué par le passage sur la ligne de partage des eaux entre le bassin du Rhin et celui du Rhône à Valdieu-Lutran. A partir de cette commune, le trajet devient globalement descendant.

Pour cette après-midi, le trajet se poursuit dans la nature, mais l’arrivée à Sochaux marque un retour avec la circulation automobile et l’activité industrielle qui s’articule dans cette région autour des usines Peugeot.

Devant de vieux cycles au Musée de l’aventure Peugeot

La partie « culturelle » de la randonnée comporte à Sochaux la visite du Musée de l’Aventure Peugeot situé à quelques centaines de mètres de l’EuroVéloroute. L’occasion pour chacun de découvrir (ou redécouvrir) la grande variété des produits fabriqués : automobiles et cycles, mais aussi outillage et appareils électroménagers.

La troisième étape : Sochaux – L’Isle sur le Doubs

Après une nuit à l’hôtel, le groupe reprend l’Eurovéloroute qui rejoint la vallée du Doubs peu après Montbéliard. Cette partie est marquée par une première côte à Etouvans.

En haut de la côte d’Étouvans entre Sochaux et l’Isle sur le Doubs

La pause de midi a lieu à L’Isle sur le Doubs au bord du canal, avant de repartir vers l’étape du soir à Baume les Dames.

Pique-nique à l’Isle sur le Doubs

La quatrième étape : L’Isle sur le Doubs – Baume les Dames

Après leur arrivée à Baume les Dames en milieu d’après-midi, les randonneurs effectuent une visite guidée de la vieille ville. Cette dernière a été fondée autour d’une abbaye de femmes, ayant eu un moment la même abbesse que celle de Remiremont. C’est dans la ville comtoise que Sainte Odile a retrouvé la vue, avant d’aller fonder le Mont Sainte Odile sur les hauteurs d’Obernai.

Le groupe est aussi allé découvrir le musée consacré aux arts et traditions populaires de la région. Il est situé dans la demeure des sires de Neufchâtel, un bâtiment du 15 siècle.

Le Doubs à Baume les Dames

La cinquième étape : Baume les Dames – Chalèze

Après la nuit passée dans des chalets situés au bord du canal, les cyclotouristes reprennent leur périple dans la vallée du Doubs qui se rétrécit à certains endroits jusqu’à ne laisser passer que la voie ferrée, la nationale, la voie cyclable et la rivière.

Le pique nique de midi est pris à Chaléze sur une butte dominant le Doubs.

Peu avant Chalèze

La sixième étape : Chalèze – Thoraise – Gézier

Cette dernière étape est la plus longue (50 km) avec une première partie effectuée le long de la rivière, avec l’arrivée à Besançon et la traversée du tunnel fluvial qui passe sous la citadelle construite par Vauban.

La randonnée cycliste quitte alors la vallée du Doubs à Thoraise pour rejoindre celle de l’Ognon à Emagny à quelques kilomètres de l’arrivée finale où un goûter attend les participants. Cette deuxième partie est bien plus vallonnée avec plusieurs côtes dont celles de Vaulx lès Prés et Audeux.

Photo du groupe avec ses hôtes de Gézier sur la place du village

C’est ensuite le retour en voiture vers la Déodatie pour les participants qui ne demandent qu’à renouveler l’expérience en 2020.

Pour l’heure, les sorties du jeudi matin vont se poursuivre. Une randonnée urbaine en vélo, ouverte au public, est avec également prévue le samedi 28 septembre dans le cadre de la semaine du Cœur.

 

 

À propos de l'auteur Voir tous les billets Site Web de l'auteur

Club Cœur et Santé de Saint-Dié